L'Irrésistible Ascension de Lat Evans

L'Irrésistible Ascension de Lat Evans

Le livre du romancier A. B. Guthrie va paraître courant juin 2017 dans la collection ‘L’Ouest le vrai’ au format de 14,5 x 24,0 et 368 pages.

Le résumé: Après La Captive aux yeux clairs, La Route de l'Ouest et Dans un si beau pays. Voici le quatrième tome de la célèbre série "The Big Sky". L’Irrésistible Ascension de Lat Evans se situe à la fin du XIXe siècle et retrace le destin et les ambitions du fils de Brownie Evans et de Mercy McBee, personnages attachants de La Route de l’Ouest. Lat Evans, jeune homme passionné et courageux, cavalier hors pair, quitte la vie étriquée de ses parents en quête d’aventure et de richesse. D'abord cow-boy, chasseur de loup, il deviendra rancher et notable d'une petite ville.

Rechercher dans ce blog

vendredi 19 avril 2013

The Texas Ranger - D. Ross Lederman - 1931




Buck Jones, Carmelita Geraghty, Harry Woods, Silver,
Titre original : The Texas Ranger
Réalistateur : D. Ross Lederman
Scénario : Forrest Scheldon

Durée : 61 minutes



Un riche propriétaire terrien (Matt Taylor) voit d’un mauvais oeil la venue des colons-rangers (ça vous rappelle quelque chose ?). Il mène des raids nocturnes afin de brûler leurs fermes. Durant l’une de ses attaques, le père de l’héroïne est tué. Helen Clayton, devenue une rebelle organise donc la résistance. Jim Logan (Texas Ranger) est envoyé pour arrêter Helen injustement accusée de meurtre. Il se fait passer pour un ivrogne pour collecter quelques renseignements puis se fait enrôler dans la bande d’Helen. La suite à découvrir !

Avis : une très belle surprise, une action non dénuée d’humour dont le suspense va crescendo !

Points forts : Jim Logan pseudo ivresse, la rencontre d’Helen et de Jim, une scène de rasage à suspens, de belles bagarres et des courses poursuites, un scénario original, le beau Buck Jones et son magnifique cheval Silver !

Point faible : la qualité de l’image (normal le film date de 1931 !). Mais bon, c’est aussi justement cette imperfection qui fait que ce film est beau. Comme le disent si bien les japonais, c’est la beauté des choses imparfaites, le Wabi-sabi (la beauté des choses non permanentes et incomplètes)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!