Comme des feux dans la plaine

Comme des feux dans la plaine
Le dernier livre de Guy Vanderhaeghe vient de sortir en librairie. Ainsi s’achève avec brio une trilogie commencée avec ‘La dernière traversée (2006)’ et ‘Comme des loups (2008)’. Un livre de 560 pages édité chez Albin Michel au format de 15 x 22 cm. Le résumé: Guy Vanderhaeghe nous fait revivre les derniers feux de la conquête de l’Ouest. Pour échapper à l’influence d’un père autoritaire, magnat de l’industrie du bois, Wesley Case quitte les rangs de l’armée canadienne et part vers les régions sauvages de la Frontière. Arrivé à Fort Benton, dans le Montana, où il compte acheter un ranch et repartir de zéro, il se voit confier une mission qu’il ne peut refuser : assurer la liaison entre les militaires américains et canadiens, au moment où les tensions avec les Sioux sont à leur comble depuis la défaite du général Custer à Little Bighorn. Mais une jeune Américaine, épouse désenchantée d’un avocat véreux, dont il tombe fou amoureux, va réveiller les démons de son passé et enflammer la jalousie d’un dangereux rival…

Rechercher dans ce blog

dimanche 7 avril 2013

The Thrill Hunter - George B. Seitz - 1933

Buck Jones, Dorothy Revier, Robert Ellis, Silver

Un cowboy affabulateur et roublard se fait engager dans une troupe de cinéma. Persuadé qu’il a gagné le grand prix de Rome (voiture) et qu’il a combattu en Chine en tant qu’aviateur, le directeur d’une compagnie cinématographique l’engage comme acteur.

Un film hilarant qui n’a rien de très western. Il faut voir les scènes où Buck fait semblant de parler chinois, où il doit enfiler des vêtements western super kitsch pour tourner sa scène, la course automobile où le pauvre Buck ne comprend aucune instruction et sème la pagaille durant le tournage, et celle encore plus hilarante où il essaie d’apprendre à piloter selon un livre « learn to fly at home » pour sa scène du lendemain. Pour se faire un peu la main, il va même jusqu’à se payer quelques minutes dans un simulateur de vol (de l’époque bien sûr !) dans lequel il tourne comme une toupie.
J’ai eu beaucoup de plaisir à voir ce film atypique, plus comédie que western. Ce n’est pas un film où l’on se prend la tête et Buck Jones y développe un talent que l’on a déjà vu, par exemple dans Texas Ranger (où il campe un ivrogne très crédible).
J'avoue que je craque complétement pour Buck Jones ....

Difficile de trouver des images de ce films, j'y reviendrai 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!