Les frères Sisters

Les frères Sisters
Voici une bonne lecture western à ranger dans votre bibliothèque et à lire pour les beaux jours. Un roman de Patrick DeWitt paru aux éditions ‘Actes sud’ en 2012 avec 368 pages dans un format broché de 22 x 12cm. Le résumé : Oregon, 1851. Eli et Charlie Sisters, redoutable tandem de tueurs professionnels aux tempéraments radicalement opposés mais d’égale (et sinistre) réputation, chevauchent vers Sacramento, Californie, dans le but de mettre fin, sur ordre du “Commodore”, leur employeur, aux jours d’un chercheur d’or du nom de Hermann Kermit Warm. Tandis que Charlie galope sans états d’âme – mais non sans eau-de-vie – vers le crime, Eli ne cesse de s’interroger sur les inconvénients de la fraternité et sur la pertinence de la funeste activité à laquelle lui et Charlie s’adonnent au fil de rencontres aussi insolites que belliqueuses avec toutes sortes d’individus patibulaires et de visionnaires qui hantent l’Amérique de la Ruée vers l’or.

Rechercher dans ce blog

lundi 21 mars 2016

Frontier Gal / La taverne du Cheval Rouge - Charles Lamont - 1945


Poursuivi par une bande armée, un cavalier vêtu de noir pousse son cheval au grand galop et finit par la semer en grimpant dans un arbre tandis que son cheval se cache dans les branchages d'un bosquet. Le cavalier poursuit son chemin et se rend dans le saloon d'une petite ville. Des consommateurs le regardent de travers, en particulier les hommes de Blackie qui lui cherchent des noises ce qui n'est pas du gout de Lorena qui est la patronne des lieux.
Jonathan Hart peut compter sur l'aide du maréchal ferrant Big Ben et sur le juge. Il décide de prendre une chambre au saloon après s'être confronté à Lorena qu'il contre en embrassant de force ... (je m'arrête là car franchement il n'y a pas grand-chose à dire)


Western dont les seuls atouts sont les paysages somptueux et les chevaux splendides. La couleur est bien rendue aussi.

Pour le reste le scénario est particulièrement plat : Le couple passe son temps à se donner des coups de pieds ou des baffes, des fessées ... Rod Cameron/Jonathan se conduit en rustre macho insupportable en embrassant de force Lorena bon nombre de fois. Il est prêt à épouser une autre femme qu'il n'aime pas, enfin de toutes manières il me semble qu'il n'aime personne dans ce film sensé être plein d'humour. On se demande ce que les femmes lui trouvent ?

Vers la fin lorsque les pseudos "gentils" citoyens demandent à ce que la petite ait une "bonne" éducation et tentent de convaincre Lorena que les petits camarades de sa fille ne manqueront pas de lui répéter que sa mère est une femme de une mauvaise vie, personne ne soulève que le père a fait 6 ans de prison. je vois pas ce que cela a de plus honorable qu'une mère qui tient un saloon ? Bref, Lorena est humiliée d'un bout à l'autre de ce film énervant.

John Hall et Maria Montez devait tourner dans les rôles principaux. Toutefois Maria Montez devait avoir davantage de jugeote qu'Yvonne De Carlo car elle refusa de tourner dans ce film affligeant après avoir lu le scénario.
                                                                      
                                       Pour le tournage à Kernville, Californie
                                                                      
                                                                       92 minute

Yvonne De Carlo ......
Lorena Dumont

Rod Cameron ......
Jonathan Hart

Andy Devine ......
Big Ben

Fuzzy Knight ......
Fuzzy
             Andrew Tombes .....
Judge Prescott

 Sheldon Leonard ......
'Blackie' Shoulders

  Clara Blandick ......
Abigail

  Jan Wiley ......
Sheila Winthop

 Jack Overman ......
Buffalo

 Frank Lackteen ......
Cherokee


Beverly Simmons ......
Mary Ann 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!