Les parutions de Sidonis dans les bacs le 1 / 12 / 17

Une nouvelle fournée de 4 westerns, encore une fois Sidonis sort des rééditions : 2 Elvis Presley ‘Flaming Star/Les Rôdeurs de la plaine’ et ‘Love me Tender/Le cavalier du crépuscule’ tout deux édités dans les années 2000.

Mais par contre nous aurons plus de chance avec les 2 autres qui seront bienvenue.

The Silver Whip/Le fouet d'argent avec Dale Robertson et George Montgomery dans The Pathfinder/Le trappeur des grands lacs de 1953.

.

.

Rechercher dans ce blog

vendredi 22 juin 2012

The Last Outlaw - Christy Cabanne - 1936

The Last Outlaw n'est pas un western à proprement parler, mais plutôt un western urbain plein d'humour et empli de nostalgie en même temps.

Les rôles principaux sont tenus par Harry Carey, Hoot Gibson, Henry B. Walthall, Tom Tyler, Fred Scott,  Margaret Callahan

62 minutes

Dean Payton (Carey), un célèbre hors la loi en son temps sort d'une peine de 25 ans de prison mais depuis son emprisonnement les choses ont bien changé, ville, trafic, voitures plus rien de commun avec l'ancien temps !
Il retrouve son vieux copain Cal (Walthall) le shérif qui l'a mis à l'ombre maintenant devenu adjoint d'un shérif vantard et beau parleur et fait la connaissance de Chuck (Gibson), un cowboy venu en ville conclure un prêt à la banque. Dean retrouve sa fille qui a été adoptée par un sympathique docteur, il préférera ne pas lui dire qu'il est son père. 
Plus tard Al Goss (Tyler) un gangster en fuite blesse le docteur alors qu'il soignait l'un de ses complices blessé au bras, enlève la fille de Dean et dérobe une belle somme à la banque dans laquelle se trouvent justement Chuck et Dean. 
Dean est pris pour l'un des bandits par le shérif qui croit savoir qu'il est le chef de la bande et Chuck se lance à la poursuite des gangsters. Un pneu de la voiture de police ayant reçu un pruneau du revolver d'Al, il reviendra plus tard en ville. Sachant que Dean connait la région comme sa poche pour l'avoir écumée longtemps, Cal prendra l'initiative de libérer Dean et les trois hommes partent à cheval à la poursuite des bandits, comme au bon vieux temps ...

Dès le départ l'humour est bien présent et les caractères bien trempés dans ce film doux amer.
Tout le monde appelle Dean "Pop" ce qu'il a bien de la peine à accepter. Toujours prêt à se bagarrer, ses interlocuteurs ne cessent de lui dire qu'il est trop vieux pour être castagné. Dean trouve un vieux livre contant ses aventures en tant que bandit mais personne ne semble se souvenir de son nom à part quelques vieillards en ville. Harry Carey, plein d'humour et d'énergie tente de s'adapter aux temps modernes.

Cal était un shérif respecté et efficace. Maintenant remplacé par un vantard peu habile, il se résout à s'occuper des cas des vieilles dames dont personne ne veut. Visiblement l'ancienne génération compte plutôt sur lui, il reste serein et sage malgré tout. Henry B. Walthall, magnifique dans ce rôle d'homme relégué aux basses besognes après un passé brillant.
Chuck est un campagnard d'un certain âge venu en ville négocier un prêt à la banque. Il est parfaitement décalé par rapport aux deux autres mais très enthousiaste lorsqu'il s'agit de lorgner sur un jolie fille. Hoot Gibson, un peu dégarni s'en donne à cœur joie.
Al Goss est le prototype du mauvais garçon très confiant en ses capacités mais qui aura la surprise de trouver plus malin que lui.  Tom Tyler, très beau gosse et chic en costume de ville campe de très belle manière l'affreux Al Goss, dommage que ce genre de rôles ne lui ait pas été attribués plus souvent, il excelle en mauvais garçon !
Les trois amis se rendent au cinéma voir un film western dans lequel un certain Larry Wilson (Fred Scott) tient la vedette en chantant une romance à l’héroïne, son accoutrement fait rire les trois amis surtout Chuck, jaloux de l'attention que semble porter la fille de Dean à la star de cinéma.
Au final les trois amis doubleront le shérif et se montreront très malins pour débusquer Goss et ses complices et délivrer la jeune femme.

Un scénario écrit par John Ford et E. Murray Campbell et adapté par Jack Townley et John Twist.

A noter les nombreuses personnalités qui jalonnent ce film : Raph Byrd dans le rôle du pilote d'avion, Jack Mulhall dans celui d'un joueur de cartes, Dennis O'Keefe un reporter, Harry Woods un policier.

Un film un peu nostalgique sur le temps qui passe et qui montre avec panache les facultés encore vives de ces messieurs vieillissants face à quelques jeunets plus beaux parleurs qu'efficaces ...
Henry B. Walthall
... Hoot Gibson, bien sûr !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!