Les parutions de Sidonis dans les bacs le 1 / 12 / 17

Une nouvelle fournée de 4 westerns, encore une fois Sidonis sort des rééditions : 2 Elvis Presley ‘Flaming Star/Les Rôdeurs de la plaine’ et ‘Love me Tender/Le cavalier du crépuscule’ tout deux édités dans les années 2000.

Mais par contre nous aurons plus de chance avec les 2 autres qui seront bienvenue.

The Silver Whip/Le fouet d'argent avec Dale Robertson et George Montgomery dans The Pathfinder/Le trappeur des grands lacs de 1953.

.

.

Rechercher dans ce blog

jeudi 1 août 2013

Sergeant Rutledge / Le sergent noir - John Ford - 1960



Jeffrey Hunter, Constance Towers, Billie Burke, Woody Strode, Juano Hernandez, Carleton Young

111 minutes

 Un procès va avoir lieu. Le Lieutenant Tom Cantrell assure la défense face à Shattuck chargé de l'accusation. L'accusé est Brax Rutledge un sergent noir de la cavalerie dont les états de service sont plus qu'excellents. Il aurait violé et étranglé la fille du Commandant du fort Lucy Dabney et abattu son père avant de prendre la fuite. L'histoire nous est contée par petites touches en flash back.

Je n'en dis pas plus pour ne pas gâcher l'histoire qui est fort bien menée. Comme souvent John Ford mêle humour et sérieux et ses personnages sont bien caricaturés, voire très caricaturés comme les femmes qui se montrent peu sérieuses et un peu à côté de la plaque comme la femme du Président de la cour martiale, voire les membres de la commission qui vont se taper un petit poker lors de leur pause ou même le président qui réclame son eau (alcoolisée bien sûr). Je ne sais pas si cela me plait dans le fond car le schéma est toujours un peu le même et vise à rendre l'action ou les personnages plus attractifs, mais toujours est-il qu'il faut reconnaitre que cela apporte un peu de légèreté à l'action.
Après avoir visionné cet excellent film il subsiste quelques questions :
Pourquoi alors le fils Hubble s'est-il enfuit ? a-t-il découvert que son père était un assassin ou a-t-il eu peur des Apaches ?
Et pourquoi au final son père se mouille-t-il en affirmant qu'il s'agit bien de la médaille vendue il y a longtemps au père de Lucy Dabney et qui lui en a fait cadeau alors qu'il lui suffisait de faire acte de présence sans plus (d'autant plus qu'il avait affirmé ne pas reconnaitre la médaille auparavant) ?
Et comment diable le procureur, en ayant à sa disposition un lot de croix en or toutes identiques, a-t-il pu savoir que Tom Cantrell allait produire la petite croix en or sensée prouver la culpabilité du fils Hubble alors que Tom gardait secrètement cet atout dans sa manche ?
Jeffrey Hunter se montre humain et près de son devoir et le démontre de très jolie manière.
Woody Strode se montre très statique mais on comprend aussi qu'il est difficile de montrer ses sentiments lorsque les apparences sont contre vous, surtout à cette époque dans une société raciste.
Constance Towers est la seule femme qui semble avoir un comportement standard dans ce film.

C'est le dernier film de Billie Burke, une jolie rouquine dont la très belle carrière débute en

1916. Elle joue Cordelia Fosgate, la femme du Président.
 
Pour vous amuser vous pouvez rechercher la pléiade d'autres acteurs connus dans les années 20-30, Cliff Lyons, Mae Marsh, Jack Perrin, Jack Mower, Eva Novak par exemple, et bien sûr vous n'aurez aucune peine à reconnaitre Hank Worden dans le rôle de Laredo.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!