Edmund Cobb et Grace Cunnard

Edmund Cobb et  Grace Cunnard
Une magnifique photo de studio du fameux badman Edmund Cobb et de sa partenaire Grace Cunnard lors du tournage du serial muet de 1926 ‘Fighting with Buffalo Bill’.

Rechercher dans ce blog

samedi 28 mai 2016

Scarlet Days / Le calvaire d'une mère - D. W. Griffith - 1919

Richard Barthelmess ...    Alvarez
Eugenie Besserer       ...       Rosie Nell
Carol Dempster         ...      Lady Fair
Clarine Seymour        ...     Chiquita
Ralph Graves     ...         Randolph
George Fawcett     ...      The Sheriff
Walter Long        ...         King Bagley
Kate Bruce     ...      The Aunt
Rhea Haines   ...       Spasm Sal
   Adolph Lestina      ...       Randolph's friend

77 minutes

Un Robin des bois de souche espagnol sévit dans les camps de chercheurs d'or en Californie : Son nom, Alvarez (Barthelmess) et il ne signe pas de la pointe de l'épée mais est recherché par le shérif avec lequel il joue un peu au chat et à la souris.
Une jeune fille un peu souillon, Chiquita, est amoureuse du sympathique bandit qui la trouve trop jeune.
Lady Fair, une jeune fille bien éduquée de Boston (Dempster) apprend de sa tante sur son lit de mort que sa mère se trouve en Californie. Elle quitte donc la côte Est pour la retrouver mais ignore que sa mère est chanteuse dans un bar. 
Celle-ci a économisé toute sa vie pour sa fille et honteuse de sa situation. A l'arrivée de la diligence, Alvarez et son ami Randolph (Graves) accueillent la jeune fille et la loge dans la cabane de Randolph, un jeune noble chercheur d'or. Entre temps Rosie Nell (Besserer), la mère,  se fait dérober ses économies et tue accidentellement l'une des voleuses. Condamnée à être pendue grâce au méchant propriétaire du saloon nommé Bagley (Long), un affreux type sans foi ni loi. Malgré tout le shérif accorde à Rosie 3 jours pour voir sa fille ...
C'est l'histoire de plusieurs destins qui se rejoignent en Californie. La trame est assez compliquée et l'action très soutenue pour ce film d'une durée conséquente pour l'année de tournage. 
Quelques scènes sont vraiment fines, en particulier les scènes de rêveries où l'on voit Lady Fair imaginer prendre le thé avec sa mère, ou visualiser Randolph en s'endormant; de même la scène où Rosie Nell s'imagine avec sa fille, encore bébé ou petite est touchante.
On retrouve de nombreux acteurs favoris de Griffith, comme Barthelmess, ou Seymour et bien sûr Dempster. 
Richard Barthelmess avec une moustache et barbichette à la mousquetaire est très attractif, Ralph Graves compose le jeune aristocrate avec une certaine aisance, Les rôles féminins sont à la hauteur bien que Carol Dempster ait toujours un peu l'air de flotter ailleurs, et le méchant est particulièrement affreux : les regards concupiscents de Walter Long sont en effet très parlants !  
La torture du pauvre Randolph à coups de cigare sur la joue, ou la pendaison sont plutôt originales. L'image n'est pas excellente, mais passable.

On peut voir ce film "online" très facilement. Pourquoi s'en priver ?




les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!