Femme de feu de Luke Short

Femme de feu de Luke Short

Femme de feu de Luke Short

Voici enfin le livre réputé de Luke Short qui va paraître en librairie le 1 novembre 2017.

Comme d’habitude pour l’épilogue nous pouvons lire ‘Bertrand Tavernier’.

Le résumé:

Une femme sûre d’elle manipule deux propriétaires de ranch pour échapper au destin que son père lui réserve et sauver les pâturages de l’homme qu’elle aime.

L’extraordinaire psychologie des personnages de Luke Short et son style rapide, nerveux, font de ce western une lecture passionnante.

Du livre un film fut tiré c’est le fameux ‘Ramrod’ d’Andre De Toth porté à l’écran en 1947.

Rechercher dans ce blog

jeudi 4 décembre 2014

The Hangman / Le bourreau du Nevada - Michael Curtiz - 1959



Après avoir déjà arrêté 3 bandits, le Marshall Bovard se lance sur la piste du quatrième membre d'une bande de crapules, un ancien soldat de l'armée nommé Johnny Butterfield. 
Seul hic personne ne peut l'identifier, tout ce qu'on sait de lui c'est qu'il est grand, blond et séduisant. Il serait de plus un excellent conducteur de char et aurait été localisé dans une petite ville. Le Colonel du Fort n'aucune raison d'aider Bovard mais son ordonnance indique au Marshall qu'une femme qui travaille comme blanchisseuse au Fort l'a très bien connu.
Bovard fait alors la connaissance de Celia à laquelle il propose 500 dollars donnés par la Wells Fargo si elle peut identifier l'homme. Pour cela il lui demande de la rejoindre dans une petite ville où une chambre sera réservée à son nom.
Pensant être un fin connaisseur de l'être humain et de ses bassesses, tout le monde pour lui ayant un prix, Bovard est surpris de ne pas voir la jeune femme arriver comme prévu. Seul en ville il fait la connaissance du shérif Buck Weston et commence son enquête. 
Très vite il s'intéresse à la société de transport locale et un certain Johnny Bishop attire son attention.
Quelques jours plus tard, alors qu'il ne l'attendait plus, Celia fait son apparition. 
Bovard attend d'elle qu'elle lâche son mouchoir si elle reconnait Johnny. Or il n'en est rien et le Marshall commence à croire que Celia cherche à protéger l'homme maintenant sur le point de devenir père de famille.

Comme Celia ne fait pas mine de reconnaitre Johnny, Bovard est persuadé que Johnny se trahira en reconnaissant la jeune femme. 
Mais Celia réussit à faire passer un message à son vieil ami pour le prévenir du piège. Évidemment, comme Celia est maintenant habillée soigneusement et jolie comme un coeur tous les hommes de la petite ville la regardent ... sauf Johnny ce qui met la puce à l'oreille de Bovard qui s'impatiente.
L’étau se resserre lorsque Celia se rend de nuit retrouver l'homme qui l'avait aidée lorsqu'elle avait perdu son mari. 
Convaincue de son innocence elle tente de le faire quitter la ville. Johnny lui explique avoir été le quatrième homme recherché mais qu'il s'agissait d'une stupide erreur de sa part car en toute innocence il avait accepté de tenir les chevaux des trois bandits alors qu'il avait besoin d'argent.
Très impopulaire en ville Bovard est repéré par Pedro, un ami de Johnny, qui tente de l'abattre alors qu'il se rapproche de la maison de son vieux copain ...

Jolies têtes d'affiche pour ce western un peu atypique plutôt axé western psychologique. L'action se base sur le contraste entre un homme désabusé qui ne croit en personne et des amis qui feront tout pour sauver un homme qu'ils considèrent comme innocent. Par petites touches subtiles on comprendra comment Celia et les habitants de la petite ville en sont venus à estimer Johnny et comment le Marshall en est arrivé à ce cynisme : Son frère ayant été assassiné lorsqu'ils étaient sur la piste de la Californie et alors jeune avocat, Bovard avait accepté l'étoile pour le venger. 
Son surnom est "le bourreau" car jamais il ne manque de ramener les fugitifs sous les verrous. Son leitmotiv est que ce n'est pas à lui de faire justice mais au jurés.
Le film est très bien monté et montre d'amusante manière les effets des certitudes et des doutes, le tout saupoudré de cynisme et non dénué d'humour. 
J'avoue avoir élaboré plusieurs scénario qui se sont tous avérés erronés, le film est donc plutôt surprenant.
Il y a quelques scènes étonnantes, comme la scène de la blanchisserie du Fort, ou très drôles avec quelques personnages bien typés, telle la vieille dame de l'hôtel qui s'intéresse beaucoup à Bovard et qui minaude pour se rapprocher de lui. 
Celui-ci semble avoir une grande expérience de ce genre de situation et réussit à louvoyer pour évincer les tentatives de la brave femme  qui reviendra à l'attaque plusieurs fois.
Après avoir jeté la clé, de son côté Celia réussira à se menotter au Marshall pour l'empêcher d'arrêter son ami. 
Grossière erreur car le Marshall ne s’arrêtera pas à ce détail et l’emmènera avec lui quand même ! 
Robert Taylor excelle dans ce genre de rôle d'homme cynique et à la limite du machisme. Face à lui Tina Louise est irrésistible. Fess Parker campe un solide shérif qui ne s'en laisse pas conter et Jack Lord encore tout jeune est blond.
Bref, on s'amuse bien et on ne s'ennuie pas.

87 minutes
Robert Taylor... Mackenzie Bovard
Tina Louise... Selah Jennison
Fess Parker... Sheriff Buck Weston
Jack Lord ... Johnny Bishop
Gene Evans ... Big Murph Murphy
Mickey Shaughness ... Al Cruse
Shirley Harmer ... Kitty Bishop
James Westerfield ... Herb Loftus
Jose Gonzales-Gonzales ... Pedro Alonso
Lorne Greene ... Marshal Clum Cummings




Affiche Française de 120x160

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!