Comme des feux dans la plaine

Comme des feux dans la plaine
Le dernier livre de Guy Vanderhaeghe vient de sortir en librairie. Ainsi s’achève avec brio une trilogie commencée avec ‘La dernière traversée (2006)’ et ‘Comme des loups (2008)’. Un livre de 560 pages édité chez Albin Michel au format de 15 x 22 cm. Le résumé: Guy Vanderhaeghe nous fait revivre les derniers feux de la conquête de l’Ouest. Pour échapper à l’influence d’un père autoritaire, magnat de l’industrie du bois, Wesley Case quitte les rangs de l’armée canadienne et part vers les régions sauvages de la Frontière. Arrivé à Fort Benton, dans le Montana, où il compte acheter un ranch et repartir de zéro, il se voit confier une mission qu’il ne peut refuser : assurer la liaison entre les militaires américains et canadiens, au moment où les tensions avec les Sioux sont à leur comble depuis la défaite du général Custer à Little Bighorn. Mais une jeune Américaine, épouse désenchantée d’un avocat véreux, dont il tombe fou amoureux, va réveiller les démons de son passé et enflammer la jalousie d’un dangereux rival…

Rechercher dans ce blog

samedi 16 mai 2015

Six Feet Four - Henry King – 1919

Un soir de tempête, au relais de diligences qui fait office de saloon, des hommes attendent l'arrivée de celle du soir en racontant qu'autrefois, par une nuit du même genre, une diligence avait été attaquée et le coffre dérobé. 
La diligence arrive et les passagers en descendent avant de se précipiter au chaud à l'intérieur pour éviter la pluie. Parmi eux se trouve Winifred Waverly (Vale) la nièce de Pollard qui revient de l'Est. 
Un mystérieux homme masqué portant des chaps laineux (wooly chaps) pénètre dans la salle et demande à ce qu'on lui remettre les sacs contenant les valeurs sous la menace de son revolver puis s'enfuit dans la nuit. 
Quelques minutes plus tard un grand gaillard de 6'4 ft (1.93 m) Buck Thorton (Russell) fait son apparition et tout le monde le désigne comme le bandit car il porte les mêmes vêtements que celui-ci. Buck croit d'abord à une blague puis comprend que la situation est sérieuse. 
Il demande au shérif de confirmer sa présence dans son office lorsque la diligence est arrivée et aussi quelques minutes plus tard. Le shérif semble hésiter à confirmer l'alibi mais un stranger (Clark) de passage fait remarquer qu'il a bien vu le dénommé Buck se rendre chez le shérif juste avant l'arrivée de la diligence.
Alors que Buck prend congé de Winifred, elle reçoit un message lui demandant de passer à la banque récupérer une grosse somme d'argent pour la rapporter et de le rejoindre au ranch car il n'a pas le temps de venir la chercher. Buck l'accompagne à la banque car il doit une traite. Il escorte Winifred un bout de chemin et les deux sympathisent. 
Plus tard ils font halte chez Harte et alors que Buck amène les chevaux dans la grange un mystérieux inconnu masqué ressemblant fort au voleur de la veille pénètre dans la maison et exige la somme que Winifred transporte pour son oncle. Croyant à une farce de Buck elle la lui remet et l'inconnu disparait. Lorsque Buck revient après s'être occupé des chevaux, Winifred lui demande de lui rendre l'argent ...

Vola Vale 
Il y avait longtemps que j'attendais d'avoir la chance de regarder ce film maintenant réédité chez Sinister pour plusieurs raisons : l'une d'elle c'est que c'est l'occasion de revoir William Russell que j'avais beaucoup apprécié dans le film The Blue Eagle de John Ford (1926) dans lequel il faisait face à George O'Brien et dans Anna Christie, 1923 (on peut aussi le voir dans Midnight Taxi, 1928). La deuxième raison c'est que c'est un film de Henry King et un western qui plus est.
L'histoire est très bien montée et menée d'un bon pas. On débute en plongeant dans ce bar comme si on y était, les décors paraissent authentiques, les personnages sont plus vrais que nature. Après la tempête de la veille, le jour se levant on découvre la petite communauté avec ses maisons de bois et ses trottoirs en planches. 
Pas de temps mort et surtout des acteurs qui sont très naturels, à commencer par William Russell, ce grand gaillard genre armoire à glace avec un visage rude et un nez en trompette qui se prend le haut des portes trop basses pour lui dans toutes les maisons. Face à lui tout le monde semble petit, surtout la jolie Vola Vale. Les autres acteurs sont très naturels eux-aussi et rendent l'histoire plausible.

On découvre la vie rurale, une soirée dansante au Deer Lake avec l'orchestre local (qui nous est présenté avec humour comme l'orchestre symphonique !), deux ou trois revirements inattendus surprennent et plusieurs histoires entremêlées enrichissent l’intrigue. Les méchants ne sont finalement pas ceux qu'on croit, les gens en général non plus. Un vrai plaisir que de regarder ce film très bien présenté par Sinister Cinema, l'image est bonne en plus.


Une durée de : 52 minutes
William Russell  /  Buck Thornton
Vola Vale  /  Winifred Waverly
Charles K. French  /  Henry Pollard
Harvey Clark  /  Two-Handed Billy Comstock
Clarence Burton  /  Cole Dalton
Al Ernest Garcia  /  Ben Broderick
Jack Collins  /  Ed Bedloe
Jack Brammall  /  Kid Bedloe
Calvert Carter  /  Poke Drury
Perry Bank  /  Old Man Adams
John Gough  /  Jimmie Clayton
Anne Schaefer  /  Mrs. Riddell

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!