La famille Winter

Un livre parut aux éditions 10/18 en septembre 2017.

Il retrace l'épopée d'une famille de bandits impitoyables depuis sa genèse durant la guerre civile jusqu'à sa dissolution à la fin du XIXe.

Le résumé: Durant trois décennies, la famille Winter traverse les territoires sauvages de l'Amérique, servant et combattant tout à la fois l'avancée farouche de la civilisation. Parmi ses membres tordus, le tueur psychopathe Quentin Ross, les débiles et redoutables frères Empire, l'impassible ex-esclave Fred Johnson, et l'enfant prodige Lukas Shakespeare. Mais au centre de cette tempête malveillante et ultraviolente se tient un leader glacial et sans cœur, Augustus Winter, un homme doté d'une résistance presque pathologique aux règles de la société et d'un don surnaturel pour la boucherie. De leur service de mercenaires lors d'une élection brutale à Chicago à leur travail en tant que chasseurs de primes dans les déserts de l'Arizona, il y a une logique hypnotique à la morale sombre de Winter qui se joue, à maintes reprises, dans un carnage impitoyable.

Rechercher dans ce blog

mardi 5 mai 2015

The Bargain - Reginald Barker - 1914


William S. Hart ......    Jim Stokes
J. Frank Burke             ......   Sheriff Bud Walsh
Clara Williams ......   Nell Brent
J. Barney Sherry ......   hil Brent
Joseph J. Dowling         ......  Rev. Joshua Wilkes


Stokes (Hart), un bandit utilisant deux pistolets, dévalise la diligence. Blessé alors qu'il prend la fuite, il est recueilli par un prospecteur qui l'emmène chez lui. Tombé amoureux de la fille de la maison, il l'épouse et prend la décision de rendre l'argent volé. 
Malheureusement il est capturé. Avant de l'emmener, le shérif prend un verre et joue l'argent à la roulette. Il perd tout. Stokes lui fait alors une proposition ...


Un excellent thème, et un western que l'on suit avec intérêt. William Hart est toujours touchant de simplicité, les décors du Grand Canyon magnifiques.


L'édition par Sinister Cinema (voir ci-dessus) est moyenne : l'image est nette, le son moyen agrémenté d'un bruit de bobine tournante qui donne l'impression de voir ce film dans une salle de cinéma de l'époque, c'est du moins l'idée qu'on s'en fait !

Il parait que la chaleur était intense durant le tournage : le maquillage fondait littéralement !






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!!

Image