Femme de feu de Luke Short

Femme de feu de Luke Short

Femme de feu de Luke Short

Voici enfin le livre réputé de Luke Short qui va paraître en librairie le 1 novembre 2017.

Comme d’habitude pour l’épilogue nous pouvons lire ‘Bertrand Tavernier’.

Le résumé:

Une femme sûre d’elle manipule deux propriétaires de ranch pour échapper au destin que son père lui réserve et sauver les pâturages de l’homme qu’elle aime.

L’extraordinaire psychologie des personnages de Luke Short et son style rapide, nerveux, font de ce western une lecture passionnante.

Du livre un film fut tiré c’est le fameux ‘Ramrod’ d’Andre De Toth porté à l’écran en 1947.

Rechercher dans ce blog

jeudi 9 octobre 2014

Ramrod / Femme de feu - André De Toth - 1947


Dans une petite ville, Connie Dickason refuse de s'unir à Frank Ivey, le boss de la vallée. Elle compte s'associer à Walt Shipley un éleveur de moutons qui va prendre la diligence du soir et qui s'oppose à son père, un éleveur de bovins.
Le père de Connie, Ben, tente de la convaincre de ne pas vivre avec un éleveur d'ovins et Frank n'a pas l'intention de la laisser s'échapper. 
Les hommes s'opposent au départ de Walt qui est humilié publiquement devant tous les habitants de la ville, y compris devant Dave Nash venu à son aide.
Furieuse Connie reprend à son compte le ranch que Walt lui a laissé. Elle veut engager Dave comme contremaître et celui-ci finit par accepter après que Frank et Red aient proféré des menaces.
Dave réunit quelques hommes de main dont son vieil ami, Bill Schell. Aussitôt c'est la guerre entre les éleveurs de bovins et de moutons qui incendient leurs maisons réciproquement.
Dave convainc Connie d'habiter dans une cabane habitée par des hommes de Ivey. 
Celui-ci est furieux que la jeune femme ait pris une concession sur sa cabane et punit Curley en lançant son homme de main Virg sur le vieil homme qu'il assomme à coups de poing ...la vengeance ne fait que commencer !

Un film qui avait pourtant tous les ingrédients pour plaire : Un casting particulièrement intéressant, des décors magnifiques, le magnifique Steed, un compositeur de musique (Adolph Deutsch) et un directeur de photographie talentueux (Russell Harlan), des plans originaux, etc, mais la sauce ne prend pas. C'est une déception !
D'une lenteur excessive, le suspens est quasi nul malgré une histoire qui aurait du ou pu fonctionner. Veronica Lake est absente, ce rôle ne lui convient vraiment pas car il ne suffit pas de froncer les sourcils, de faire des yeux de cocker, de porter de belles toilettes ou de laisser ses beaux cheveux sur ses épaules pour que le spectateur la trouve crédible. 
Heureusement c'est son seul western mais il se trouve qu'il est réalisé par son mari de l'époque.
De même McCrea qui se montre trop statique, il semble ne pas savoir comment se comporter et reste un peu distant. 
Les autres acteurs sont davantage intéressants, à commencer par Don DeFore dont je crois que c'est le seul western : un rôle atypique qui lui permet de développer d'autres facettes de sa personnalité. 
Preston Foster, Donald Crisp, Arleen Whelan et Lloyd Bridges sont sous-utilisés ... dans le fond il y a peut-être trop de personnages pour que chacun ait une chance de développer un rôle un peu plus consistant.
C'est un western qui est souvent comparé à un film noir, pour moi cela ressemble davantage à un film psychologique. Brimée par son père et probablement trop gâtée, l'égoïste et nombriliste Connie veut se venger de lui. Elle veut être le centre du monde et le film devrait graviter autour d'elle. 
Comme la personnalité de Veronika Lake n'est pas assez fort, le soufflé ne monte jamais.
En ce sens comment croire que Connis s'associe à Walt au début ? Car si Connie cherche un homme digne d'elle pourquoi ne s'associe-t-elle pas avec Frank Ivey ?
Un homme de pouvoir prêt à se battre pour elle contrairement au pauvre Walt qui partira par la petite porte. Elle veut se venger de son père, soit, et vu ses talents de manipulatrice elle aurait pu tourner Frank contre son géniteur facilement ! 
La traque finale est frustrante et trop longue : Longtemps plus tard on finit par apprendre que Bill a été descendu traîtreusement d'une balle dans le dos. 
Bon, mais on n'a rien vu, et franchement au vu des rochers escaladés par Bill, il est fort peu probable qu'Ivey ait pu le débusquer si facilement de nuit. D'ailleurs pendant un moment j'ai pensé que la victime contemplée à la lueur d'une allumette serait l'un de ses hommes.
Décidément, même s'il y a un ou deux bons moments (la recherche de Nash chez Rose par Ivey par exemple), je ne suis pas convaincue du tout par ce film au scénario mou et j'en suis la première navrée.
95 minutes
Joel McCrea...Dave Nash
Veronica Lake...Connie Dickason
Don DeFore...Bill Schell
Donald Crisp...Jim Crew
Preston Foster...Frank Ivey
Arleen Whelan...Rose Leland
Charles Ruggles...Ben Dickason
Lloyd Bridges...Red Cates
Nestor Paiva...Curley
Ray Teal...Ed Burma

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!