LUNE COMANCHE LONESOME DOVE: L'AFFRONTEMENT

LUNE COMANCHE LONESOME DOVE: L'AFFRONTEMENT

Après le 1er:‘Lonesome Dove le dernier western’, le 2em ‘Lonesome Dove le dernier western seconde époque’ ont été édités en France en 1990 et 3em ‘La marche du mort. Lonesome Dove les origines’ en 2016.

Le 4e opus de la saga de Lonesome Dove de l’écrivain Larry Mcmurtry vient de paraître en librairie.

Le titre en Anglais ‘Comanche Moon’ nous avons pu le découvrir en DVD dans une minisérie TV de 2008.

Le résumé:

À la frontière du Mexique, au cœur d’un Texas désertique où quelques colons tentent d’importer la civilisation, de grands guerriers se font face. Le puissant chef comanche Buffalo Hump prouve que son peuple est loin d’être asservi tandis que de l’autre côté de la frontière, Ahumado, mystérieux brigand, sème la terreur. Face à eux, Gus McCrae et Woodrow Call, Texas Rangers mal équipés et sous-payés, officient sous les ordres du fantasque capitaine Inish Scull. Dans cette partie des États-Unis, l’Histoire est en marche, laissant ces combattants blancs et Indiens vivre les ultimes aventures d’un Ouest encore sauvage. Deuxième volet de la série culte Lonesome Dove récompensée par le Prix Pulitzer, Lune Comanche est un roman d’aventures inoubliable.

Rechercher dans ce blog

mercredi 13 novembre 2013

Quincannon, Frontier scout - Lesley Selander - 1956


Peggie Castle
Après avoir tourné The Broken Star pour Bel Air Productions, excellence du Western, Lesley Selander enchaine avec  Quincannon, Frontier Scout, toujours pour le bénéfice d’Howard Koch, producteur de cette maison de production.  
Koch sait que pour faire un bon film, il faut une bonne histoire. C’est la raison pour laquelle il achète les doits de Frontier Feud, l’un des plus grands romanciers de la Western Novel. 
Le nom de Will Cook résonne aux oreilles des lecteurs de ce genre comme le nom de John Ford résonne aux oreilles des cinéphiles. 
Will Cook demeure au dessus de tout avec une poignée de collègues de son niveau : Elmer Kelton, Clifton Adams, Fred Grove etc.



Linus Quincannon (Tony Martin) est une légende dans l’armée américaine. Malheureusement, celle-ci s’en trouve privée depuis qu’il a participé malgré lui au massacre des Cheyennes de Black Keetle. Dorénavant, Quincannon consacre son temps pour lui-même.

Un jour, deux civils le joignent à son insu dans une petite ville de l’ouest pour lui proposer de revenir au service de ce brave Colonel  Conover (Morris Ankrum) qui se trouve dans une position peu enviable. 
Quincannon refuse, une bagarre éclate. Puis Quincannon se laisse persuader de suivre ces deux hommes qui ne sont autres que des militaires.

Parvenu au fort, Quincannon se voit expliquer par le colonel que le convoi transportant des Carabines Henry a été attaqué mystérieusement alors que personne, en dehors de lui et de son bras droit, connaissait le contenu des chariots. 
Ce serait un Indien Arapahoe qui détiendrait les armes. Cela lui permettrait de se mettre en avant pour prendre la tribu en main et déterrer la hache de guerre. 


Parallèlement à cette introduction, une charmante jeune femme (Peggy Castle) se trouve mêlée à toute cette affaire. Elle souhaite prendre part à l’expédition de Quincannon pour retrouver son frère qui aurait été tué dans l’embuscade indienne. 
Le Colonel  lui propose des effectifs importants pour l’accompagner, mais celui ne souhaite emmener avec lui que les deux militaires avec qui il s’était bagarré. Selon son avis, un petit groupe a plus de chances de passer inaperçu en territoire indien qu’un important détachement…

Le film est fort bien mené par Lesley Selander et l’action règne en maître comme l’on peut l’imaginer aisément. Parti d’un canevas banal, Will Cook prend plaisir à tisser sa toile en imbriquant personnages et situations particulières, créant ainsi  de multiples rebondissements. Mais ce que nous retenons à travers ce western, c’est la richesse des dialogues et les connaissances de notre éclaireur sur la façon de vivre des Indiens et leurs coutumes guerrières . En réalité, c’est Will Cook qui parle, qui nous donne des détails succulents,  procurant ainsi  au long-métrage un niveau supplémentaire aux westerns traditionnels du  genre : cavalerie – indiens – trafic d’armes.

Cependant, Quincannon, Frontier Scout accuse quelques faiblesses. Tout d’abord, l’acteur Tony Martin manque de nuances. Il se contente de jouer les durs et à force, il a tendance à nous lasser. 
D’une façon générale, le casting n’a rien d’exaltant. Il y a bien Morris Ankrum et John Doucette, mais leur personnage s’avère inconsistant. 
Enfin, Lesley Selander ne laisse guère de marque personnelle comme il l’a fait pour un grand nombre de ses Westerns, comme The Broken Star ou Knight of the Range – sans oublier naturellement – ses Hopalong Cassidy. Enfin, le film aurait gagné à être réalisé en noir et blanc et non en couleur.

Sur la toile :
Tony Martin /  Linus Quincannon
Peggie Castle /  Maylene Mason
John Bromfield /  Lt. Burke             
John Smith /  Lt. Phil Hostedder
Ron Randell /  Capt. Bell
John Doucette /  Sgt. Calvin
Morris Ankrum /  Col. Harry Conover
Peter Mamakos /  Blackfoot Sam
Edmund Hashim /  Iron Wolf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!