Femme de feu de Luke Short

Femme de feu de Luke Short

Femme de feu de Luke Short

Voici enfin le livre réputé de Luke Short qui va paraître en librairie le 1 novembre 2017.

Comme d’habitude pour l’épilogue nous pouvons lire ‘Bertrand Tavernier’.

Le résumé:

Une femme sûre d’elle manipule deux propriétaires de ranch pour échapper au destin que son père lui réserve et sauver les pâturages de l’homme qu’elle aime.

L’extraordinaire psychologie des personnages de Luke Short et son style rapide, nerveux, font de ce western une lecture passionnante.

Du livre un film fut tiré c’est le fameux ‘Ramrod’ d’Andre De Toth porté à l’écran en 1947.

Rechercher dans ce blog

dimanche 22 avril 2012

Son of the Renegade - Reg Browne - 1953

Ecrit, produit et joué par Johnny Carpenter
env 60 minutes
Johnny Carpenter/ Red River Johnny  
Lori Irving / Lori Masters
Joan McKellen/ Dusty
Valley Keene / Valley
Jack Ingram / Three Fingers Jack
Vern Teters / Sheriff Bat Masters
Bill Coontz / Coontz
Ted Smile / Cherokee
Bill Chaney /Billy
Roy Canada / Canada
Un homme revient dans le pays de sa jeunesse pour récupérer le ranch de son père, devenu un hors-la-loi après avoir abattu un homme en légitime défense. De nombreux outlaws viennent grossir les rangs de la bande qui  pille, tue et saccage sans que rien ni personne ne puisse l'arrêter. Le glas sonnera lorsque le gang sera infiltré par des hommes de loi.
Red River Johnny reviendra avec ses amis au ranch de sa jeunesse et tentera de le récupérer mais la réputation de son père lui met des bâtons dans les roues, ainsi que Billy qui souhaite mettre la main sur le ranch et le shérif Bat Masters, l'homme responsable de la conversion de son père...
Un film qui se démarque par ses excès et surtout qui parait inhabituel par sa trame. Au moment où je tente de décrire ce film je me demande bien pourquoi je m'attache à une tâche pareille. En gros on débute le film en nous montrant des images du passé mettant en scène la génération des pères, puis on passe au présent avec leurs enfants, filles ou garçons. Bien sûr on nous montre que la médiocrité ou la lâcheté se perpétuent de génération en génération, ce qui est franchement naïf et simpliste.
On sent les années 50 ou plutôt les années 60 qui approchent. Pourquoi ? en particulier parce que les femmes y ont une place plus importante que ce que l'on voit habituellement dans les années qui précèdent dans ce type de films. Dans celui-ci il y a de nombreuses femmes, l'aguicheuse envoyée par le méchant Billy pour tenter de renverser Red, la gentille dans l'ombre de genre indienne, la fille du shérif, et d'autres. Inusuel parce que les femmes prennent une bonne place dans le film et aussi parce qu'elles savent toutes monter à cheval (l'une d'elle se permet même le luxe de sauter à califourchon sur la croupe de sa monture par l'arrière, comme s'y risquent Tom Tyler ou Allan Lane). D'ailleurs puisqu'on parle de cheval, la plupart des personnes jouant dans ce film m'ont paru de bons cavaliers. Les chevaux galopent sans que le film soit accéléré et c'est un plaisir de les regarder dans ces conditions.
Bien sûr, ce n'est pas un bon film, l'intrigue est assez simpliste, ça pétarade dans tous les sens tout au long des 60 minutes. En fait cela ressemble assez à des gangs de motards qui n'auraient pas de moto et se seraient retrouvés à cheval dans une lutte sans merci visant à prendre le territoire de l'autre. 
L'équipée sauvage ou The Wild One sort la même année : vous allez rire, mais il y a des points communs entre les deux films sauf que dans the Son of the Renegade on sent que les moyens font cruellement défaut sans compter que Johnny Carpenter n'a pas exactement la même dégaine que Marlon Brando. Dans un showdown très théâtral les deux bandes, gentils contre méchants, une dizaine d'hommes de chaque côté (on ne se prend pas la tête au moins c'est simple)  se font face et avancent les uns vers les autres en se tirant dessus pendant que les victimes s'effondrent comme des mouches.
Pourtant il y a quelques points positifs dans ce film qui est fortement démoli dans IMDB par un spectateur qui donne un zéro : dans un sens je peux comprendre son point de vue, c'est assez enfantin mais le héros se montre touchant au moins une fois : lorsqu'il prend une femme qui se meurt dans ses bras et qu'il fait une prière qui m'a juste étonnée par sa simplicité, son naturel et sa justesse. Étonnant.
Vous allez dire que je parle beaucoup de femmes, mais force est de constater que non seulement elles sont nombreuses mais elles prennent une part active. La mère de Red abat un homme pour sauver son mari, elles sont toutes habillées comme des hommes et portent des armes. 
On peut voir ce film facilement sur le net, ce n'est pas la peine de l'acheter si vous souhaitez par curiosité vous faire votre propre opinion.  Je serais très heureuse d'entendre un autre son de cloche pour ma part, alors n'hésitez pas à faire part de vos remarques ...

2 commentaires:

  1. J'aime bien ce film justement en raison de sa naïveté.Je le trouve même assez authentique en raison de moyens très limités qui se traduisent sur l'écran par des vêtements qui semblent fatigués et des équipements usés.La violence assez peu commune pour l'époque m'a étonné. Et , il y a une très belle scène quand le père de Johnny se trouve nez à nez avec le " posse " et que les antagonistes font reculer leurs chevaux en gardant la main sur la crosse du colt.Je n'ai jamais vu ça ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien contente de te lire Hart, tu confirmes le sentiment que j'avais eu ! C'est un film étonnant à voir, merci d'avoir laissé un commentaire et au plaisir de te lire. Cordialement,

      Supprimer

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!