Les parutions de Sidonis dans les bacs le 1 / 12 / 17

Une nouvelle fournée de 4 westerns, encore une fois Sidonis sort des rééditions : 2 Elvis Presley ‘Flaming Star/Les Rôdeurs de la plaine’ et ‘Love me Tender/Le cavalier du crépuscule’ tout deux édités dans les années 2000.

Mais par contre nous aurons plus de chance avec les 2 autres qui seront bienvenue.

The Silver Whip/Le fouet d'argent avec Dale Robertson et George Montgomery dans The Pathfinder/Le trappeur des grands lacs de 1953.

.

.

Rechercher dans ce blog

mardi 19 août 2014

Heritage of the Desert - Lesley Selander - 1939

Après avoir lu une missive provenant de son représentant à White Sage en Arizona, un homme d'affaires annonce à son client Jack Abbot que les terres qu'il possède en Arizona ne valent plus rien. Il conseille au jeune homme de se rendre sur place afin de devenir un homme mais Jack préférerait rester à Chicago. Toutefois l'appel de l'aventure finit par avoir raison de sa résistance.
L'avocat prévient l'avocat Henry Holderness qui très contrarié par l’arrivée du propriétaire des terres qu'il convoite et il envoie l'un de ses tueurs Chick Chance se débarrasser de Jack. Chance fait mine de guider le citadin sur lequel il tire sans pitié au sommet d'un col très éloigné de la ville après avoir eu confirmation de son nom. 
Blessé Jack roule en bas d'une pente et tombe dans des sables mouvants. Grièvement atteint il ne peut qu'appeler à l'aide d'une petite voix que les Naab entendent. Sauvé par Andy et son fils David, le dernier fils de la famille après que Saul ait été abattu par Snap Thornton, le contremaitre de leur ranch, Jack est emmené au ranch pour y être soigné. 
Grâce aux soins apportés par Miriam, la fille d'Andy, Jack se réveille mais n'ose donner son nom après la mésaventure qu'il lui est arrivée avec Chick. Il se remet gentiment de ses blessures et tombe amoureux de Miriam qui de son côté n'est pas insensible à son charme. Nosey apprend au blessé que Snap est de la mauvaise graine et qu'il déteste le nouvel arrivant car il considère que Miriam est sienne. 
L'ayant élevé Andy tente néanmoins de faire revenir Snap dans le droit chemin, ignorant qu'il a abattu son troisième fils et qu'il est à la solde de Holderness. Lorsque Snap lui promet sur la Bible de ne plus boire si Miriam l'épouse, Andy lui donne la main de Miriam, au grand désespoir de celle-ci.
Pendant ce temps Holderness fait pression sur les ranchers en les forçant à acheter l'eau du propriétaire qu'il représente, c'est à dire Abbot. Pour les contraindre à se tourner vers lui il fait sauter un puits. 
Les Naab qui viennent de demander à Jack de quitter le ranch grâce aux manigances du sournois Snap partent emmener le bétail à une cinquantaine de kilomètres de là. Jack qui a étudié la géologie à l'université demande à Nosey de l'emmener vers le point d'eau dynamité et découvre de l'eau non loin. 
Les bêtes une fois sauvées, Andy reconnaissant lui offre l'hospitalité et David lui offre Silver Mane, son magnifique cheval à la crinière argentée. 
Plus tard, comprenant qu'il ne pourra tenir sa promesse envers Snap, Andy envoie Jack en compagnie de Nosey sur un lointain pâturage où le pied tendre apprend à utiliser un revolver.
Mais bientôt parvient aux deux hommes l'annonce du mariage de Miriam avec Snap ....
Une excellente surprise que ce film ! L'action tient en haleine du début à la fin, les paysages du désert son somptueux, les protagonistes bien choisis. 
Le greenhorn (Donald Woods) se fait tirer dessus et rosser, il est montré comme un jeune homme courageux mais il reste un pied tendre jusqu'à la fin. 
Face à lui les hommes du désert vivent proches de la nature et de façon intense. Loin de tout, ils sont contraints de faire face aux dangers et de créer les objets qui leur manquent. 
Ainsi Miriam tisse-t-elle des ponchos et teint elle-même la laine avec des teintures naturelles. Miriam est incarnée avec finesse par la magnifique Evelyn Venable qui n'a tourné que dans 24 films mais qui a le grand honneur d'être le modèle original du logo de Columbia Pictures.
Le ranch des Naab est un vrai refuge au goût de petit paradis. Sous la houlette du père qui suit les enseignements de la Bible au plus près, les animaux errants ou les gens perdus sont les bienvenus et soignés avec amour. 
Outre l'action intéressante, certains personnages ne sont pas franchement mauvais ou bons. Ainsi Snap (Paul Guilfoyle) tente-t-il bien de laisser tomber Holderness mais celui-ci sait qu'il est l'assassin de Saul, l'un des fils d'Andy. Dès lors il lui est difficile de se soustraire à l'influence de l'escroc.
Par contre Chick Chance alias Paul Fix est présenté comme un homme sans foi ni loi qui retire un certain plaisir à descendre les cibles indiquées par son patron en échange de monnaie sonnante et trébuchante.
L'autre homme de main, Nebraska (Willard Robertson), se montre beaucoup plus humain tout en restant fidèle à ses principes. Une scène magnifique le montre blessé dans le désert après que David lui ait tiré dessus. 
Les hommes et leur chef s'éloignent sans se préoccuper de lui, le laissant étendu mais conscient de sa solitude immense et totale. Personne ne se retourne ni n'exprime une quelconque sympathie, tous l'ignorent. Nebraska se tourne alors avec tendresse vers son cheval qu'il desselle et débride tout en lui parlant avant de lui rendre la liberté et de mourir. Cette scène est particulièrement prenante et belle.
C. Henry Gordon est particulièrement odieux dans le rôle d'Holderness et je termine avec une mention spéciale pour Robert Barrat dans le rôle de ce père aimant et droit, pour Russell Hayden qui crée là un personnage attachant et pour Sidney Toler dans le rôle de Nosey, le sympathique homme à tout faire qui prend le greenhorn sous son aile. En fait, tous les personnages sont attachants d'une manière ou d'une autre.
On n'est pas surpris de lire que le film est tiré d'un ouvrage du prolifique Zane Grey portant le même titre. Il s'agit d'un remake d'un film du même nom réalisé en 1932 par Henry Hathaway avec Randolph Scott et Sally Blane (l'une des soeurs de Loretta Young). Une version beaucoup moins intéressante. Le lien ici !

 Un chant : Here's A Heart, musique de Victor Young.

On trouve ce film chez Oldies. L'image n'est pas trop mauvaise. On peut aussi le voir sur le net.

 73 minutes
Donald Woods, Evelyn Venable, Robert Barrat, Russell Hayden, C. Henry Gordon, Sidney Toler,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!