Femme de feu de Luke Short

Femme de feu de Luke Short

Femme de feu de Luke Short

Voici enfin le livre réputé de Luke Short qui va paraître en librairie le 1 novembre 2017.

Comme d’habitude pour l’épilogue nous pouvons lire ‘Bertrand Tavernier’.

Le résumé:

Une femme sûre d’elle manipule deux propriétaires de ranch pour échapper au destin que son père lui réserve et sauver les pâturages de l’homme qu’elle aime.

L’extraordinaire psychologie des personnages de Luke Short et son style rapide, nerveux, font de ce western une lecture passionnante.

Du livre un film fut tiré c’est le fameux ‘Ramrod’ d’Andre De Toth porté à l’écran en 1947.

Rechercher dans ce blog

jeudi 14 juin 2012

The Prairie Pirate / Le pirate de la prairie - Edmund Mortimer - 1925

Harry Carey, Trilby Clark, Robert Edison, Fred Kohler
60 minutes.
 En France : 'Le pirate de la prairie', exploité en Novembre 1927 en France. Commercialisé par Kodascope dans les années 30 sous le titre "Le bandit de la prairie". 
Une info de Vince.
Ruth Delaney (Dumas) attend le retour de son frère Brian dans leur petit ranch. En son absence, Aguilar (Kohler) le bandit décide de profiter de l'absence de Brian pour abuser de Ruth. Il envoie l'un de ses hommes la chercher mais Ruth se barricade à l'intérieur, poussant des meubles derrière la porte et essayant de charger son revolver dans la panique. Elle parvient à abattre deux bandits mais la bande se disperse et bien vite elle est submergée. Désespérée Ruth laisse un mot à son frère et se suicide.
Peu de temps plus tard, Brian revient et trouve le mot de sa sœur ainsi que son corps. Par terre il découvre qu'un des assaillants fume de gros cigares qu'il tord lorsqu'il termine de les fumer. Pour venger sa sœur Brian devient alors The Yellow Seal un bandit masqué redouté qui écume les bars de la région. Bizarrement tout en menaçant les consommateurs de son arme, il demande à ce qu'on lui apporte tous les cendriers des saloons qu'il attaque !
Dans la région de Capistrano vivent un père et sa fille Teresa Esteban. Le père est un joueur invétéré qui perd d'énormes sommes d'argent et qui est sur le point de perdre le ranch familial au saloon que tient Howard Steele (Whitlock). La stratégie de Steele est simple, pousser le père à jouer pour le forcer à perdre son ranch et jouer son atout en proposant d'épouser Teresa contre le ranch. Mais Teresa n'aime pas Steele. Un jour qu'elle se rend en ville pour empêcher son père de jouer elle est attaquée par les hommes d'Aguilar. Survient alors un bandit masqué The Yellow Seal qui la défend valeureusement. Charmée Dolores demande à José, le vieil aide du ranch, de garder le secret sur la présence de ce bandit au grand cœur. Brian poursuit son chemin et attaque le saloon. Sous la menace de son revolver tous les consommateurs lèvent les mains et Brian enferme Steele dans son propre coffre fort après lui avoir extorqué la combinaison qu'il projette de retourner lorsqu'il aura pris la fuite. En chemin il croise Teresa à qui il remet les chiffres. 
Bredouille après avoir écumé les bars et vidé tous les cendriers The Yellow Seal quitte son déguisement de bandit et reprend l'aspect de Brian. Mais entre temps, le père de Teresa a enfin retrouvé la chance et regagné son ranch. Le caissier ne lui remet pourtant pas sa reconnaissance de dette en retour mais une grosse somme d'argent que Steele et son complice Aquilar dérobent en faisant passer le larcin pour une œuvre de Yellow Seal, blessant Esteban au passage ...
Un concentré de bonnes choses que ce film ! Dès le début on croche grâce à l'action qui est constante et passionnante. Les images sont particulièrement soignées, le scénario est simple et le fil conducteur bien mené. L'histoire est contée sans temps mort.
Après quelques images assez idylliques de Brian ramenant du bétail et de sa soeur qui l'attend sur le porche de leur maison en reprisant tranquillement une chaussette, on bascule tout à coup dans une violence terrible avec l'arrivée de ces bandits dont les intentions sont très claires et surtout peu honorables. La scène de l'agression marque le début des hostilités qui se poursuivront tout le reste de ce film.
Harry Carey a déjà 47 ans en 1925, il ne les fait pas vraiment même si on se rend compte qu'il n'est plus un jeune homme et si il montre encore une sacrée forme. Il se montre à la fois très doux que ce soit avec José le vieil homme qui s'occupe du ranch Esteban ou avec Teresa dont il tombe bien sûr amoureux, tout en se montrant dur dans les scènes dans lesquels les bandits lui font face. La jolie Trilby Clark lui donne la réplique avec beaucoup de charme, et leur rencontre est très romantique. Fred Kohler campe le méchant Aquilar avec beaucoup d'aplomb, de même Lloyd Whitlock qui a vraiment la gueule de l'emploi pour incarner un propriétaire de saloon. Le vieux noble espagnol joueur est joué par Robert Edeson, un vétéran du cinéma ayant déjà de nombreux films à son actif.

Une scène marante :  lorsque le shérif et ses hommes repartent de l'hacienda, deux cavaliers n'arrivent pas à monter sur leur cheval, l'un d'eux court derrière et l'autre reste en suspension quelques secondes, car le gros de la troupe part au grand galop. Il faut avoir l’œil vif pour les voir !
On trouve ce film qui vaut le détour chez Sinister Cinema, l'image est bonne compte tenu de son âge.














 








2 commentaires:

  1. En France : Le pirate de la prairie, exploité en Novembre 1927 en France. Commercialisé par Kodascope dans les années 30 sous le titre "Le bandit de la prairie". Au plaisir! Vince-

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces précisions, Vince, et au plaisir de vous relire souvent! Cordialement, Lou

      Supprimer

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!