LUNE COMANCHE LONESOME DOVE: L'AFFRONTEMENT

LUNE COMANCHE LONESOME DOVE: L'AFFRONTEMENT

Après le 1er:‘Lonesome Dove le dernier western’, le 2em ‘Lonesome Dove le dernier western seconde époque’ ont été édités en France en 1990 et 3em ‘La marche du mort. Lonesome Dove les origines’ en 2016.

Le 4e opus de la saga de Lonesome Dove de l’écrivain Larry Mcmurtry vient de paraître en librairie.

Le titre en Anglais ‘Comanche Moon’ nous avons pu le découvrir en DVD dans une minisérie TV de 2008.

Le résumé:

À la frontière du Mexique, au cœur d’un Texas désertique où quelques colons tentent d’importer la civilisation, de grands guerriers se font face. Le puissant chef comanche Buffalo Hump prouve que son peuple est loin d’être asservi tandis que de l’autre côté de la frontière, Ahumado, mystérieux brigand, sème la terreur. Face à eux, Gus McCrae et Woodrow Call, Texas Rangers mal équipés et sous-payés, officient sous les ordres du fantasque capitaine Inish Scull. Dans cette partie des États-Unis, l’Histoire est en marche, laissant ces combattants blancs et Indiens vivre les ultimes aventures d’un Ouest encore sauvage. Deuxième volet de la série culte Lonesome Dove récompensée par le Prix Pulitzer, Lune Comanche est un roman d’aventures inoubliable.

Rechercher dans ce blog

jeudi 15 mars 2012

The Lone Rider - Louis King - 1930




Buck Jones ...
Jim Lanning

Vera Reynolds ...
Mary Stevens

Harry Woods ...
Ed Farrell

George C. Pearce ...
Judge Stevens (as George Pearce)

66 minutes 
Jim Lanning (Jones) est à la tête d'un gang. Farrell (Woods) fait en sorte que les membres du groupe se retournent contre lui et Lanning quitte le groupe dans la ferme intention de dérober une diligence à son compte. Ce faisant, il est devancé par le gang mené par Farrell qui stoppe la diligence qui s'emballe. Lanning la rattrape et alors qu'il s'empare du coffre, une jeune fille qui n'est autre que la fille du juge Stevens, émerge de la diligence ...
Le tout premier film parlant de Buck et cela se sent car les réparties sont encore un peu théâtrales et bien articulées ... ce qui nuit un peu à l'action qui semble ralentie. Le film manque un peu de pep mais se laisse suivre. Un remake de ce film a été tourné quelques années plus tard, en 1934 par Lambert Hyllier, sous le titre de The Man Trailer dans lequel le scénario est très similaire et les décors du repère des bandits identiques.

2 commentaires:

  1. Oui, il faut voir ce film dans le contexte de l'époque. Lorsque ce western est produit, beaucoup d'autres d'autres sont encore muets. Ce Lone Rider peut paraître quelque fois malhabile, mais il annonce néanmoins le Western A. Louis King nous présente des plans très forts pour 1930 et un esthétisme recherché pour mettre en avant la silhouette de Buck Jones. Harry Woods qui est opposé à celui-ci est tout aussi imposant. Déjà, nous sentons une certaine évolution dans la façon de tourner. Le muet commence à être distancé même si le rythme s'avère lent effectivement.
    Il me parait important de souligner le bon travail de réalisateur de Louis King qui ne sera jamais aussi brillant qu'au début des thirties. Durant l'année de sortie de Lone Rider, il allait réussir un western fabuleux intitulé Shadow Ranch dans lequel Buck Jones allait encore avoir le premier rôle. ... et un troisième enfin Men without Law moins intéressant compte tenu d'une histoire pesante écrite par Lewis Seiler. Mais le tandem Louis King - Buck Jones allait être de nouveau réuni pour un des plus grands westerns de 1931 Desert Vengeance. Enfin, deux derniers films allaient cloturer cette brillante association pour signer deux honnêtes longs métrages : Fighting Sheriff et Border Law.
    Comme le mentionne à juste titre Hop, un remake allait être fait à partir de Lone Rider sous le titre The Man-Trailer qui est nettement supérieur sur tous les points à celui-ci. IL faut avouer que quatre années s'étaient écoulées depuis Lone Rider. Aussi, la technique s'était nettement améliorée et conscient de cet avantage, Lambert Hillyer pouvait une fois de plus montrer ses capacités.
    Pour être précis, citons un dernier remake de Bernard B. Ray, sous le titre cette fois de Ambush Valley, totalement raté malheureusement. Mais Bernard B. Ray n'a jamais été Louis King, ni Lambert Hillyer et le comparer à ces deux hommes équivaut à comparer la vitesse d'une 2CV et d'une Porsch...

    RépondreSupprimer
  2. Le contexte de l'époque remet la pendule à l'heure si j'ose dire ! En ce qui concerne la collaboration entre Louis King et Buck Jones, j'en profite pour citer l'un de mes films favoris outre les excellents films mentionnés ci-dessus, c'est The Fighting Sheriff 1931. Et il y a bien sûr encore Border Law, pas mauvais non plus !

    RépondreSupprimer

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!