LUNE COMANCHE LONESOME DOVE: L'AFFRONTEMENT

LUNE COMANCHE LONESOME DOVE: L'AFFRONTEMENT

Après le 1er:‘Lonesome Dove le dernier western’, le 2em ‘Lonesome Dove le dernier western seconde époque’ ont été édités en France en 1990 et 3em ‘La marche du mort. Lonesome Dove les origines’ en 2016.

Le 4e opus de la saga de Lonesome Dove de l’écrivain Larry Mcmurtry vient de paraître en librairie.

Le titre en Anglais ‘Comanche Moon’ nous avons pu le découvrir en DVD dans une minisérie TV de 2008.

Le résumé:

À la frontière du Mexique, au cœur d’un Texas désertique où quelques colons tentent d’importer la civilisation, de grands guerriers se font face. Le puissant chef comanche Buffalo Hump prouve que son peuple est loin d’être asservi tandis que de l’autre côté de la frontière, Ahumado, mystérieux brigand, sème la terreur. Face à eux, Gus McCrae et Woodrow Call, Texas Rangers mal équipés et sous-payés, officient sous les ordres du fantasque capitaine Inish Scull. Dans cette partie des États-Unis, l’Histoire est en marche, laissant ces combattants blancs et Indiens vivre les ultimes aventures d’un Ouest encore sauvage. Deuxième volet de la série culte Lonesome Dove récompensée par le Prix Pulitzer, Lune Comanche est un roman d’aventures inoubliable.

Rechercher dans ce blog

mercredi 7 mars 2012

Via Pony Express - Lewis D. Collins - 1932

Via la Majestic Production pour achever sa carrière, Jack Hoxie est comme fusillé, comme Tom Tyler l’a été par la Reliable/Steiner Production. 
Ces faiseurs de fric n’ont eu aucun respect, ni remords pour ces grands as du Western qu’ils ont sacrifié pour ramasser l’argent que les fans ont donné au guichet pour aller voir mourir à petits feu ces cowboys de l’écran d’argent. Quelle tristesse et quelle honte.
Via Pony Express est un des trois derniers films tournés par Jack sous la houlette de cette Majestic Productions et sous la direction d’un Lewis D. Collins fort malhabile, voire très mauvais. 
Jack Hoxie semble avoir été rejeté en second plan et il arrive même que le vilain Lane Chandler que nous apprécions tous soit davantage mis en avant que le héros.
Jack Hoxie qui a un visage taillé dans la masse avec des traits grossiers peut surprendre car on ne peut dire que cet un bel acteur, mais paradoxalement, nous avouerons que c’est une gueule de l’West, un vrai cowboy.  Jack reste un phénomène : pour le premier film que vous visionnez vous avez une sorte de rejet  pour l’acteur, puis en découvrant sa vie, en voyant d’autres de ses films, on s’y habitue si bien que l’on finit par  le trouver génial, inimitable et que c’était un sacré Westerner.
Pour en revenir à Via Pony Express, Jack semble mal à l’aise ; peut-être était ce à cause du dialogue. Il avait des difficultés pour lire et écrire, mais ces manques ne l’empêchaient pas d’être un cavalier émérite. La preuve en est il avait été champion de rodéo.  La meilleure scène du début est celle du début. Elle rappelle The Great K and A train Robbery avec Tom Mix.
  A cheval, Jack Hoxie, cavalier du Pony Express file à toute allure lorsqu’il arrive à hauteur d’une brèche taillée entre deux montagnes. Sur ces hauteurs et de chaque côté, des bandits l’attendent. Au moment où Jack allait franchir le passage, deux lassos ceignent sa poitrine. Sa monture poursuit sa route et Jack se retrouve dans les airs, à près de cinq mètres de hauteur. Les bandits le hissent dangereusement puis le laissent tomber. 
Peu après, le chef,  Lane Chandler,  et ses sbires fouillent dans son courrier. Ils trouvent la lettre qu’ils cherchaient… Quelques heures plus tard, Jack se réveille. Faiblement, il se met sur ses jambes, traverse une partie du désert puis croit apercevoir un point d’eau…
Après ces cinq minutes, c’est le début de la fin de l’histoire d’Oliver Drake quasi nulle. Ça va dans tous les sens. Nous sommes dans une histoire de détournement de terres lorsque l’armée réquisitionne les chevaux des exploitants. Ça comble l’histoire de Drake qui est arrivée au bout du rouleau avant le développement.  Mais ceci n’est qu’un détail.
Enfin, la copie des Oldies est une catastrophe. Certaines images sont tellement sombres que vous ne voyez rien, sauf peut-être un bras ou une jambe. 
Toutefois, je suis comme Edith Piaf, je ne regrette rien… d’avoir acheté ce Western car j’adore Jack Hoxie !
  •  Au générique nous avons : 
Lane Chandler / Lieutenant Bob Grey
Marceline Day / Betty Castelar
Matthew Betz / Clem Porter
Julian Rivero / Pedro
Doris Hill / June Grey
Dynamite the Horse / Dynamite, Betty's Horse
 Dans la stagecoach Didier.

3 commentaires:

  1. Les commentaires de Didier me donnent envie de connaître un peu mieux le frère d'Al Hoxie que je ne connais pas bien du tout. C'est vrai que la manière dont sont traités les acteurs qui n'ont plus les faveurs des studios est terriblement cruelle.
    Un film qui narre très bien ce propos c'est "It Happened in Hollywood" avec Richard Dix
    http://richard-dix.blogspot.com/search/label/It%20Happened%20in%20Hollywood
    Je vous le conseille vivement !

    RépondreSupprimer
  2. Rassure toi Hop, Jack Hoxie a tourné dans de très bons westerns. Il y en a deux pour le parlant qui s'avèrent interessants et quelques uns dans le muet. Ce Via Pony Express est à mon avis, son moins bon. Mais il faut parler de tout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le début de ce film est pourtant plutôt bon, mais c'est vrai qu'après 5 minutes on perd l'intérêt ... dommage !

      Supprimer

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!