Femme de feu de Luke Short

Femme de feu de Luke Short

Femme de feu de Luke Short

Voici enfin le livre réputé de Luke Short qui va paraître en librairie le 1 novembre 2017.

Comme d’habitude pour l’épilogue nous pouvons lire ‘Bertrand Tavernier’.

Le résumé:

Une femme sûre d’elle manipule deux propriétaires de ranch pour échapper au destin que son père lui réserve et sauver les pâturages de l’homme qu’elle aime.

L’extraordinaire psychologie des personnages de Luke Short et son style rapide, nerveux, font de ce western une lecture passionnante.

Du livre un film fut tiré c’est le fameux ‘Ramrod’ d’Andre De Toth porté à l’écran en 1947.

Rechercher dans ce blog

vendredi 16 mai 2014

The Rawhide Years /Les années sauvages - Rudolph Maté - 1955


 Sur le Montana Queen un bateau à roues à aubes qui sillonne le Mississippi, de nombreux passagers jouent aux cartes sous les yeux du shérif Sommers et d'un éminent citoyen de Galena, Brand Comfort. Tous deux se rendent compte que Ben Matthews et Carrico sont de mèche pour plumer les naïfs joueurs qui leur font face.
Pendant la partie le Capitaine informe les passagers qu'une attaque de pirates est sur le point de survenir mais il s'agit d'une fausse alerte. La partie reprend et un homme perd au jeu toute la somme confiée par son patron. Brand Comfort prend Ben en aparté et lui fait prendre conscience de son acte. Ben décide alors de quitter Carrico et de rejoindre Zoé, la danseuse du saloon qui l'attend à Galena.
Brand surprend l'échange entre les deux hommes et offre une place dans son ranch au jeune homme. En quittant la cabine Ben croise le shérif qui reste sur sa première impression et le garde dans son collimateur. 
Juste après Ben surprend des hommes qui chargent sur une barque amarrée au bateau une
statue d'indien en bois que Brand ramène à son frère collectionneur. Il se précipite dans la cabine de Brand qu'il trouve mort un couteau planté dans la poitrine. 
Après une violente bagarre avec les agresseurs, l'un des hommes qui porte une ceinture cloutée le jette par dessus bord et Ben rejoint la rive à la nage.
A Galena il voit la foule lyncher le pauvre Carrico soupçonné du crime et comprend qu'il est recherché pour meurtre. Zoé son amie l'aide à s'enfuir et Ben passe quelque années à travailler dans un ranch. Il échange des lettres avec Zoe dont la correspondance finit par tarir. 
 
Sur le chemin du retour à Galeno, Ben fait la connaissance de Rick Harper, un beau parleur qui aimerait bien dérober ses économies. Très vite les deux hommes sympathisent mais rencontrent des problèmes après que Rick dérobe un cheval. Pour échapper à leurs poursuivants, les deux amis se précipitent dans le Mississippi où ils sont recueillis par l'équipage du Montana Queen.
Une attaque de pirates a de nouveau lieu et Ben réussit à assommer l'un des bandits. Comme le shérif monte à bord, Ben se fait passer pour malade pour éviter de croiser l'homme de loi qui emmène le prisonnier pour le faire parler ...

Le début vous croche tout de suite grâce à la vision de ce bateau à roues à aubes qui surgit de la nuit : magnifique scène !
Style enjoué pour ce film assez particulier. Seul western en tête d'affiche pour Tony Curtis et seul western tout court pour William Gargan dans le rôle du shérif. Bonne surprise que Tony Curtis même s'il parait bien jeunot dans ce film que je voulais voir pour William Gargan !
Les couleurs sont somptueuses et les images très belles. Il y a de l'action, du drame, de l'humour, de la romance, etc. Un beau casting complète les "stars" Tony Curtis, Arthur Kennedy et Colleen Miller (dont la carrière s'arrêtera rapidement après quelques films) : Peter Van Eyck, William Demarest, William Gargan, Bob Wilke, Chubby Johnson, Don Beddoe ...

L'action oscille entre humour et sérieux et le tout est bien plaisant. On se demande quand même comment ce pauvre Ben, qui semble assez naïf lui-même au départ, peut-il supporter Rick Harper, le prototype même du casse-pied parasite (Ce rôle va comme un gant à Arthur Kennedy d'ailleurs). Ses trois années passées dans un ranch ne semblent pas lui avoir appris grand'chose de ce point de vue là.
Les amitiés improbables font souvent de bonnes sauces cinématographiques et Arthur Kennedy/Harper reste ambigu durant tout le film. Fripouille certes, mais fripouille sympathique au final !
Les chansons interprétées fort joliment d'ailleurs sont un peu incongrues, de même que les tenues de ces dames du saloon, vêtues on ne peut plus légèrement.
La statue de l'indien est le MacGuffin du scénario. Elle servait à transporter des valeurs nous dit on. Dans le fond elle ne sert pas à grand'chose parce qu'elle n'explique pas le meurtre de Brand, si ce n'est que le frère prend possession du ranch. De même qu'on ne saura pas ce que contiennent les papiers qui prouvent l'association de Boucher et de Matt Comfort ni ce qui a poussé Zoé à s'associer à Boucher ...


Les pirates du fleuve (Belgique)

85 minutes

Jolie édition de Sidonis

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!