Edmund Cobb et Grace Cunnard

Edmund Cobb et  Grace Cunnard
Une magnifique photo de studio du fameux badman Edmund Cobb et de sa partenaire Grace Cunnard lors du tournage du serial muet de 1926 ‘Fighting with Buffalo Bill’.

Rechercher dans ce blog

mardi 14 février 2012

E. B. MANN

E.B. Mann est natif du Texas, et il nait avec le don d’observer les gens, avec la  manie d’écrire leur description, et une paire d’yeux pointée vers l’ouest. D’autres pourraient le décrire autrement, bien sûr, mais Mann ne le supporterait pas. Dès son jeune âge, il  décidé d’être un auteur de westerns.
Dès le commencement, il a trouvé nécessaire de partir dans le pays des gens qu’il a choisi de décrire. Ce que peu d’auteurs ont fait. Ainsi, pendant qu’il écrivait,  il voyageait dans l’ouest, travaillant du Pecos à la Snake, de Dallas à La Butte et ainsi de suite, cherchant des paysages pouvant édulcorer ses récits.  Dès que vous commencez à lire l’un de ses livres, vous rencontrez de superbes descriptions de montagnes, de vallée, de fleuves, rivières, mines, petites villes, sans oublier  les personnages que E.B. Mann  a croisé sur sa route. En tournant les pages de ses livres, vous vous rendez compte que E.B. Mann est un des meilleurs écrivains de Westerns.
Killers’ Range est représentatif de tous ces livres. Il raconte l’histoire exaltante de Dan Dugan durant une guerre entre ranch dans la vallée de la Little Indian River. E.B. Mann écrit de façon claire, conductrice et avec une économie de mots si bien qu’il parvient à créer un style. Il raconte la vie telle était, avec ses aventures, mais surtout les actions qui en découlent.
Stormy Trails  (1936) de Sam Newfield est à mon sens le meilleur western adapté de ses livres. Rex Bell en était le héros principal et son personnage reste très proche de Dan Dugan de Killers’  Range. 10 autres de ses livres ont été portés à l’écran et vous en connaissez au moins la moitié d’entre eux : Gun for Hire (1932) de Lewis Collins avec Lane Chandler, Range Warfare (1934) de Roy Luby (d’après the Death Whistle) avec Reb Russell, Outlaw Rule (1935) de Roy Luby avec Reb Russell, Desert Phantom (1936) avec Johnny MackBrown de Roy Luby, The Boss Rider from Gun Creek (1936) avec Buck Jones de Lesley Selander, Lightnin’ Crandall (1937) avec Bob Steele de Sam Newfield, Trail of vengeance (1937) avec  Johnny MackBrown, Guns in the Dark (1937) de Sam Newfield,  Ridin’ the lone trail (1937) avec Bob Steele de Sam Newfield  et Colorado Ranger (1950) avec  James Ellison de Thomas Carr.
D’une façon générale, les livres d’E.B. Mann sont très difficiles à trouver aux Etats-Unis. Nous ne parlerons pas de la France puisqu’aucun n’a été traduit. L’exemplaire de Killers’ Range que je possède est la 6eme édition et date de 1948 ! La première publication remonte à  1933.
La littérature du Western est à mon sens aussi importante que les films car sans celle-ci, il n’y aurait pas eu de films. L’écriture demeure indispensable à l’élaboration d’un bon Western. Combien de Westerns intéressants avons-nous vus qui avaient été ratés à cause d’un mauvais  scénario ? La liste de ces auteurs dépasse plus de 500 personnes. Aujourd’hui encore, le genre perdure, mais ses publications se raréfient. Les meilleurs romanciers du moment sont Johnny Boggs, John Nesbitt et Max McCoy. 


  • Un résumé savoureux de Didier


les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!