LUNE COMANCHE LONESOME DOVE: L'AFFRONTEMENT

LUNE COMANCHE LONESOME DOVE: L'AFFRONTEMENT

Après le 1er:‘Lonesome Dove le dernier western’, le 2em ‘Lonesome Dove le dernier western seconde époque’ ont été édités en France en 1990 et 3em ‘La marche du mort. Lonesome Dove les origines’ en 2016.

Le 4e opus de la saga de Lonesome Dove de l’écrivain Larry Mcmurtry vient de paraître en librairie.

Le titre en Anglais ‘Comanche Moon’ nous avons pu le découvrir en DVD dans une minisérie TV de 2008.

Le résumé:

À la frontière du Mexique, au cœur d’un Texas désertique où quelques colons tentent d’importer la civilisation, de grands guerriers se font face. Le puissant chef comanche Buffalo Hump prouve que son peuple est loin d’être asservi tandis que de l’autre côté de la frontière, Ahumado, mystérieux brigand, sème la terreur. Face à eux, Gus McCrae et Woodrow Call, Texas Rangers mal équipés et sous-payés, officient sous les ordres du fantasque capitaine Inish Scull. Dans cette partie des États-Unis, l’Histoire est en marche, laissant ces combattants blancs et Indiens vivre les ultimes aventures d’un Ouest encore sauvage. Deuxième volet de la série culte Lonesome Dove récompensée par le Prix Pulitzer, Lune Comanche est un roman d’aventures inoubliable.

Rechercher dans ce blog

mardi 22 mai 2012

In Old Mexico - Edward D. Venturini - 1938


Au centre JAN CLAYTON
In Old Mexico demeure un western à part entière de la série des Hopalong Cassidy. Il est inclassable tant son style diffère des autres films des productions Harry Sherman. En remarquant le nom De Venturini, le réalisateur de ce volet, on peut s’attendre au pire. C’est un metteur en scène qui filmait les versions espagnoles des films à Hollywood  et le seul western qu’il a réalisé,  Llano Kid, est franchement mauvais.
Pourtant, Venturini s’acquitte fort bien du tournage, bien que certaines scènes d’action se montrent naïves. Mais d’une façon générale, son  travail reste très correct. A en juger par tout cela, on se demande si finalement ce n’est pas Harry Sherman, le producteur, qui réalise les films. Il sait imposer ses idées, sa façon de faire, sa volonté d’apporter du nouveau à chaque épisode  qu’il semble surveiller pour notre plus grand plaisir. D’un film à un autre ou presque, on remarque une nouvelle façon de faire. Est-ce du à ces différents réalisateurs comme Bretherton, Wate, Selander, Venturini qui apportent leur patte personnelle ou est ce du à Harry Sherman ?
Au centre JAN CLAYTON
Pour ma part, je pense que ce dernier s’avère le producteur numéro un du Western B. Il frise la perfection et s’évertue de donner satisfaction à ses spectateurs. Nous sommes loin de la Keith Productions, Steiner Productions et autres escrocs de la pellicule qui sont venus à bout de grands Westerners. Les productions Harry Sherman concernant les Hoppy n’ont pas duré un an et demi comme certaines maisons de productions de Westerns B ou plutôt du western Z.
In Old Mexico constitue la suite du génial  Borderland  (1937 – de Nate Wate) où Hoppy était opposé à The Fox. Nous retrouvons ce dernier personnage ; hélas non interprété par Morris Ankrum, mais par Paul Sutton qui s’acquitte honorablement de se prestation d’acteur, mais n’arrive pas au niveau de son prédécesseur. 
In Old Mexico, c’est avant une sorte de comédie sophistiquée avec les personnages de cette grande hacienda. Venturini prend un malin plaisir à nous mettre en avant une grande famille mexicaine, sa culture, son respect pour autrui etc. Les rapports entre Hoppy, Windy et Lucky sont charmants. Des idylles se nouent en demi-teintes, au son d’une musque superbe, de douces mélodies qui en arrivent à vous faire oublier le moteur du film.
A droite JAN CLAYTON-ALLAN GARCIA
Nos trois compères sont amenés à venir en aide à un ami qui se trouve au sud de la frontière mexicaine. Hélas, lorsqu’ils arrivent, ils apprennent qu’il a été tué. Ils se  rendent alors au Rancho de Gonzales où ils sont hébergés. Ils rencontrent alors une jolie femme qui s’avère être la sœur du Fox qui s’est évadé et souhaite se venger.
De nombreuses nuances dans cette histoire présentent un grand sens de la narration qui vous conduit pendant près de 40 minutes sans qu’un seul coup de feu ait retenti. Le dernier quart d’heure est bondé d’action et de rebondissements qui conduiront une fois pour toute à la fin du Fox, tué d’une balle en plein cœur par Hoppy qui a dégainé d’une façon spectaculaire, ou plus précisément à dégainer d’une façon demandée par Venturini qui vous laissera bouche-bée.
Bien que ce film reste original, on peut se demander ce qu’a pu écrire Clarence Mulford dans cette histoire. Apparemment pas grand-chose car les lettres de protestation de l’auteur commence à arriver sur le bureau d’Harry Sherman. Outre les qualités de ce dernier que nous vantons, nous constatons quelques inégalités d’intérêts dans les derniers Hoppy, notamment Heart of Arizona et Pride of the West.
Nous en reparlerons dans le prochain Hoppy de la raison qui s’avère totalement intéressant à cause de son histoire : The Frontiersman.
A gauche PAUL SUTTON
Sur la toile nous avons :
William Boyd / 'Hopalong' Cassidy
George 'Gabby' Hayes / 'Windy' Halliday
Russell Hayden / 'Lucky' Jenkins
Paul Sutton / the Fox
Al Ernest Garcia / Don Carlos Gonzales  
Jan Clayton / Anita Gonzales  
Trevor Bardette / Rurales Colonel Gonzales
Glenn Strange / Henchman Burke




 ♥ Sur le cuir de la stagecoach nous avons Didier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!