.

.

Rechercher dans ce blog

lundi 14 mai 2012

The Irish Gringo - William C. Thompson -1936


1936 - Il y a déjà cinq ans que Warner Baxter a remporté le prix du meilleur acteur dans le film magnifique d’Irving Cummings The Cisco Kid. 
Depuis, le célèbre bandido mexicain a disparu de l’écran. La Keith Productions se dit que c’est le moment choisi de renouer avec le Cisco Kid qu’elle baptise l’Irish Gringo car elle ne dispose pas des fonds nécessaires pour se payer les droits cinématographiques du roman.
C’est Pat Carlyle alias Patrick Petersalia qui écrit l’histoire en s’inspirant du personnage créé par O’ Henry. Après avoir écrit son texte, Carlyle endosse le costume du joyeux bandido justicier et le voilà en tête d’affiche avant que la Keith Productions n’est vu quoique ce soit. Le Director, c’est William C. Thompson, il avait dirigé Pueblo Terror avec Buffalo Bill JR qui a fait l’objet d’une critique dans ce blog…
Ce chef d’œuvre de la série Z nous raconte qu’un tas de gars sont morts pour trouver la mine du Hollandais et que cette légende a apporté plus d’une fois le malheur pour ceux qui l’ont recherché comme on peut s’en rendre compte…  La Keith productions avec son auteur à quatre pesos se sont penchés sur la question et nous ont narré une de ces aventures.
Tout d’abord, trois badmen torturent un vieil homme dans une cabane. Le chef demande agressivement au vieillard où il a planque l’or du Dutchman. S’il ne parle pas, ca va faire chauffer ! Le vieillard saucissonné sur sa chaise proteste en disant qu’il ne sait rien et qu’il n’est pas l’homme qu’ils recherchent.
Tant pis pour lui. Le chef demande à l’un de ses lascars de lui retirer ses bottes et de lui cramer les pieds avec des allumettes. Ca va chauffer effectivement. Surtout lorsque le Irish Gringo avec ses deux Sidekicks approchent avec leur canasson. Ils déboulent dans la baraque, mais trop tard : le vieux a été trop chauffé et il est déjà parti bruler en enfer. Des coups de feu éclatent dans tous les sens et tout le monde s’enfuit chacun de son côté.
Dans la même région, un autre vieil homme (William Farnum – seul intérêt du film) parle avec sa petite fille de 8 ans. A la première vue, ils sont très pauvres et vivent dans de terribles conditions. La gamine est nue sous sa salopette en jean et marche nue pied. Mais le vieux la console en lui confiant un secret. Il a trouvé l’emplacement de la mine du Hollandais. Ils sont heureux, s’étreignent , s’embrassent (j’étais tellement touché que j’ai embrassé ma voisine en lui disant que William Farnum avait trouvé l’or du Hollandais et que sa gamine en allait hériter). Mais le vieux éprouve  un pressentiment. Il se demande s’il ne va pas bientôt mourir. Alors, prudent, il dessine l’emplacement de l’or sur une chemise qu’il donne ensuite à la gamine. Comme ca, elle pourra mettre quelque chose sous sa salopette et pourra se trimbaler avec la carte sans se faire remarquer.
Punaise, le vieux a un sacré don du pressentiment et Carlyle un sacré sens narratif. Voilà que les trois bandits se pointent. Cette fois, au moins ils ne se sont pas trompés de vieux. Ca barde. Non, le grand-père ne parlera pas, même si on le brule vivant ! … et pan, une balle de 45 l’empêche de faire le malin. Seulement, voilà, ils ne mettront pas la main sur la carte.
La gamine chiale la disparition de papy. Mais voilà que le Irish Gringo arrive avec ses deux Sidekicks (deux pour le prix d’un dans ce western). Il récupère la fille qui a enfilé la chemise entretemps puis part vers la ville mi western – mi année 1936. Nous avons été transporté dans le temps, mais peu importe. A partir de ce moment, la gamine est portée dans les bras par un des Sidekicks jusqu’à la fin du movie, comme si c’était un nouveau-né. Pourquoi ? Aurait elle été victimes des trois badmen qui lei auraient brulé les pieds avec les allumettes et que cette scène a été coupée ? Quien Sabe comme dirait le Irish Gringo !
Enfin Pat Carlyle, le mexicain vêtu sur son 31 se mêle aux citadins en costumes et cravates dans les saloons  (sans se faire remarquer avec son grand sombrero!)Puis raconte à une belle qu’il est à moitié mexicain et à moitié Irlandais. Personnellement, je dirais qu’il serait plutôt à moitié Mexicain et à moitié idiot, tout comme ce film qui ne vaut pas un clou.
J’en ai les larmes aux yeux tellement j’ai ri !!! Appelez les amis en les prévenant qu’ils vont rigoler un bon coup en regardant The Irish Gringo ! Vous passerez une soirée inoubliable.
Allez go pour le générique
Pat Carlyle ... Don O'Brien -The Irish Gringo
William Farnum ... Pop Wiley
Bryant Washburn ... Malone, gang boss
Elena Durán ... Carlotta
Karlyn May ... Anita
Olin Francis ... Henchman Rawlins
Milburn Morante ... Buffalo, sidekick
Don Orlando ... Sidekick Pancho
Ace Cain ... Ace Lewis
Rudolf Cornell ... Jimmy Melton

Notre amigo Didier qui nous a bien fait rigoler dans sa stagecoach…..

3 commentaires:

  1. Ha ha, j'ai bien ri aussi en lisant ce descriptif hilarant ...

    RépondreSupprimer
  2. LOU...Un western qui ne vaut pas un clou !....mais à voir pour les 2 beautés Carlotta et Anita cela vaut bien quelques pesetas...

    Mais pour Pat Carlisle il est moche comme un clou le pauvre!...

    So long

    RépondreSupprimer
  3. ahah en effet, il a l'air mémorable ce western ! J'vois que le blog a "décollé", ca fait plaisir :-)

    Tonka

    RépondreSupprimer

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!