Les parutions de Sidonis dans les bacs le 1 / 12 / 17

Une nouvelle fournée de 4 westerns, encore une fois Sidonis sort des rééditions : 2 Elvis Presley ‘Flaming Star/Les Rôdeurs de la plaine’ et ‘Love me Tender/Le cavalier du crépuscule’ tout deux édités dans les années 2000.

Mais par contre nous aurons plus de chance avec les 2 autres qui seront bienvenue.

The Silver Whip/Le fouet d'argent avec Dale Robertson et George Montgomery dans The Pathfinder/Le trappeur des grands lacs de 1953.

.

.

Rechercher dans ce blog

jeudi 9 août 2012

Sand - Lambert Hillyer -1920



  Sand était le film préféré du président Woodrow Wilson de toute la production des William S. Hart, est-il écrit sur la jaquette du DVD sorti aux Oldies.
  Nous ne mettons pas leur parole en doute et encore moins celle de ce président des Etats-Unis. Toutefois, nous ne sommes pas forcés de partager cet avis.
Hart est ici un agent du chemin de fer envoyé dans l’ouest pour remplacer un vieil homme devant partir en retraite. Celui-ci occupait le poste de télégraphiste pendant que sa fille tenait un petit general store.  Hart tombe éperdument amoureux de la fille (Mary Thurman) dès son arrivée. C’est le coup de foudre.
 Malheureusement, le dénommé Garber, personnage important de la ville, réussit à évincer Hart qui va se consoler près de son cheval… Entretemps un ranchman remet une importante somme d’argent à Hart pour qu’il la dépose dans le coffre de l’agence du chemin de fer. Mais Hart, perturbé par la perte de la jeune fille,  devient quelque peu étourdi. Durant la nuit, le coffre est volé et Hart est accusé.
Heureusement, il avait oublié de mettre l’argent à l’abri. Celui-ci se trouve encore dans sa poche. Les relations avec Hart et la compagnie de chemin de fer s’enveniment. Aussi, décide t’il de partir pour travailler pour le ranchman afin d’oublier son amour pour cette jeune fille et l’univers de la ville. Peu après, en errant dans la prairie, il tombe sur un bandit qui change les fers de son cheval dans le lit d’une rivière afin que l’on ne puisse retrouver les traces de sa monture. Hart lui met le grappin dessus et apprend que ses camarades gredins vont attaquer le train. Hart ne sait pas encore que la jeune fille se trouve parmi les passagers et que le dénommé Garber n’est autre qu’un outlaw déguisé en Mexicain…
Plus du trois quarts du film est consacré à l’idylle entre Hart et Mary Thurman et la dernière partie se transforme en film d’action.

D’une façon générale, Lambert Hillyer s’en sort beaucoup mieux avec les démêlées amoureuses qu’avec la partie « Western ». Ses plans sont superbes et dénotent d’une certaine recherche. La qualité de sa réalisation nous permet de traverser l’essentiel de ce mélo écrit par Russell Boggs jusqu’à temps qu’une série de rebondissements nous donnent un sursaut d’énergie pour atteindre la fin. Hélas, l’attaque du train par les Mexicains est médiocrement filmée en quelques plans d’ensemble bâclés. Les gros plans manquent. Ce qui n’était pas le cas dans ses réalisations de Westerns avec Hart.
En somme, ce film ne vaut que par la présence de William S. Hart.
Le carton :

William S. Hart / Dan Kurrie

Mary Thurman / Margaret Young

G. Raymond Nye / Joseph Garber

Patricia Palmer / Josie Kirkwood

Bill Patton / Pete Beckett

S.J. Bingham / Superintendent Trapp

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!