Femme de feu de Luke Short

Femme de feu de Luke Short

Femme de feu de Luke Short

Voici enfin le livre réputé de Luke Short qui va paraître en librairie le 1 novembre 2017.

Comme d’habitude pour l’épilogue nous pouvons lire ‘Bertrand Tavernier’.

Le résumé:

Une femme sûre d’elle manipule deux propriétaires de ranch pour échapper au destin que son père lui réserve et sauver les pâturages de l’homme qu’elle aime.

L’extraordinaire psychologie des personnages de Luke Short et son style rapide, nerveux, font de ce western une lecture passionnante.

Du livre un film fut tiré c’est le fameux ‘Ramrod’ d’Andre De Toth porté à l’écran en 1947.

Rechercher dans ce blog

jeudi 20 mars 2014

Knights of the Range - Lesley Selander - 1940

                                             L'avis de Lou 

Ce n'est pas mon film tiré d'une histoire de Zane Grey préféré (je préfère l'Heritage of the Desert par exemple). Toutefois celui-ci a de nombreuses qualités et j'ai bien aimé l'action.

Le début :
A la grande consternation de sa tante Myra, Holly Ripple est sur le point de s'enfuir avec un joueur de mauvaise réputation nommé Lascalles lorsqu'arrivent deux hommes du ranch de son père qui lui annoncent qu'il vient d'être grièvement blessé par des voleurs de bétail qui sévissent dans la vallée dans laquelle les bêtes paissent.
Lascalles somme la jeune femme de le suivre mais elle se jette sur un cheval et retourne chez son père qui vient de mourir abattu par l'un des hommes de Gamecock, un rustler qui a combattu contre le rancher durant la guerre et qui était amoureux de la même femme qui a donné naissance à Holly. Gamecock respectait le Colonel Ripple et avait donné l'ordre de tirer en l'air. Malheureusement l'un de ses hommes a préféré laisser parler les balles.
Holly reprend le ranch de son père mais les vols reprennent de plus belle car la mort du Colonel qui tenait la vallée d'une poigne de fer a attiré un tas de canailles prêtes à tout pour piller la région. 
Un jour Holly et le contremaitre du ranch, Cappy, surprennent le protégé de Gamecock, Renn Frayne et le meurtrier en train de dérober des chevaux. Le bandit est prêt à descendre le vieil homme et la jeune fille et Renn révolté qu'on puisse abattre une femme le descend. Reconnaissante Holly offre à Renn un job au ranch que celui-ci refuse avant que Gamecock lui conseille d'accepter l'offre.
Renn se rend donc au ranch où les hommes le regardent d'un air très suspicieux. Très mal reçu Renn en impose naturellement à l'équipe lorsqu'il remet à sa place Lascalles, venu se plaindre d'un vol de chevaux par Laigs et Brazos et qui sans son aide auraient été pendus. 
Après concertation Cappy et Holly décident que Renn donnera dorénavant les ordres sur le terrain et dès lors les hommes le respectent ...
 
Outre les très beaux paysages mentionnés plus haut, les protagonistes nous apparaissent avec une certaine densité ou profondeur, chacun ayant de quoi créer un personnage attachant, que ce soit Cappy le contremaitre (J. Farrell MacDonald), Laigs (Britt Woods) le pauvre gars qui boite et qui pleure la mort de son cheval abattu par un bandit, ou Brazos (Rad Robinson) fait chevalier par Holly, sans parler de Gamecock/Morris Ankrum, touchant d'une certaine manière dans ce rôle de bandit respectueux de son vieil adversaire. 
Russel Hayden se montre sûr de lui et plein de ressources. Quant à Victor Jory/Lascalles il joue très bien la fripouille fourbe et sans honneur.
Les King's Men chantent de façon plutôt agréables et nous donnent envie de chevaucher à leur côté ou de participer à ces fêtes qui se donnaient après une dure journée de labeur et qui permettaient à chacun de danser et de s'amuser gentiment. Ah, nostalgie d'un temps désormais révolu.
                                                             L'avis de Didier
Knights of the Range est peut-être l’un des meilleurs Westerns B jamais réalisé. Produit par la Paramount, ce film renoue avec les huit merveilles réalisées par Henry Hathaway au début des années 30. Rappelons entre autres Heritage of the Desert, Wild Horse Mesa et Thundering Herd. Un lien commun : ils ont tous été adaptés des romans du grand auteur Zane Grey dont nous attendons toujours la traduction par nos grands éditeurs.
Dans les grandes lignes, Zane Grey raconte comment un jeune bandit du nom de Renn (Russell Hayden), membre d’une bande de voleurs de bétails se fait rejeter par son chef et père adoptif (Rad Robinson). Sauvant la fille (Jean Parker) d’un ranchman (J. Farrell MacDonald), Renn se fait embaucher par celui-ci bien qu’il connaisse son passé.
Une seconde chance lui est offerte. A lui de la saisir. Une dissension éclate entre les cowboys du ranch et les propriétaires car les premiers connaissent la réputation du jeune homme et ses méfaits sur la propriété. Un dandy de la ville et joueur de poker  (Victor Jory), amoureux de la fille du ranch, mécontent d’avoir été rejeté par celle-ci décide de s’accaparer de la propriété en payant la bande de hors de la loi pour les piller et ainsi, les conduire à la ruine.
Une dissension  éclate  entre le dandy et le chef du gang qui est abattu. Le dandy va mettre tout en œuvre pour s’emparer de l’agent remis à Renn lorsqu’il a vendu le bétail du ranch à la ville. Entretemps, grièvement blessé, le chef de bande réussit à puiser suffisamment de forces pour alerter la fille à son  ranch sur les dangers encourus par Renn sur le chemin du retour…
Lesley Selander signe à mon avis son meilleur western et son assistant Dewin Abraham n’y est pas pour rien. Rappelons que ce dernier a signé de nombreux Charles Starrett  et l’unique  western en couleur  avec  Bob Steele qui y avait le premier rôle.  Divers paysages grandioses, notamment des forêts de pins (typiques des livres de Grey) où encore des vallées profondes  dans lesquels nos chevaliers de l’West s’affrontent procurent une densité au film et une intensité dramatique dans les scènes conflictuelles. 
Bien que Russell Hayden soit le premier à l’affiche, son rôle reste réduit pour faire place aux autres personnages qui restent tout aussi importants. 
C’est là une idée forte de Zane Grey. Ainsi, Jean Parker peut donner pleine mesure de son talent ainsi que John Farrell MacDonald qui aurait pu remporter le meilleur second rôle des westerns pour cette année de 1940 si ce prix avait existé. 
Victor Jory se cantonne dans le rôle du machiavélique escroc comme nous avons l’habitude de le voir. Nous sommes surpris par le jeu des acteurs secondaires, notamment le chef de bande Rad Robinson et l’un de ses hommes de main Ray Bennett. 
Vous noterez également le choix des costumes des acteurs, en fonction de leur personnalité. La musique très puissante souligne les images avec toute la finesse de son compositeur Phil Ohman sans qu’un seul instant, elle puisse nous gêner.
Ce dernier et notre réalisateur réussissent de concert à nous émouvoir, notamment à la mort de Morris Ankrum avec tous ses cowboys qui attendent à l’extérieur.
Enfin, pour être objectif, il aurait fallu que la Paramount accorde un peu plus de budget pour en faire un film A . 
Ses 70 minutes s’avèrent trop courtes pour adapter un tel roman ; aussi le script en souffre t’il. Par ailleurs, les King’s men, cowboys d’opérette qui nous chantent la sérénade à quatre reprises auraient pu être éclipsés et leur coût aurait permis à Selander de nous offrir quelques plans supplémentaires…

Sur la toile
Russell Hayden /Renn Frayne
Victor Jory /Malcolm Lascalles
Jean Parker /Holly Ripple
Morris Ankrum /Gamecock
Britt Wood /Laigs - Cowhand
J. Farrell MacDonald /Cappy
Ethel Wales /Aunt Myra Ripple
Rad Robinson /Brazos - Cowhand
Ray Bennett /Henchman Heaver
The King's Men /Singing Cowhands


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les membres

Google+ Badge

Messages les plus consultés

HOWDY!

HOWDY!